Tour de France : "Le classement général, peut-être que cela viendra", affirme Alaphilippe

  • A
  • A
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Partagez sur :
Egan Bernal, premier Colombien et plus jeune lauréat de l'après-guerre, pour vainqueur, le Français Julian Alaphilippe pour héros: le Tour de France, qui s'est conclu dimanche soir par le succès au sprint de l'Australien Caleb Ewan, a vécu une édition renversante qui a bousculé les codes.

Flamberge au vent, tel un moderne Mousquetaire au bouc finement taillé, Julian Alaphilippe symbolise finalement ce Tour dont il a porté quatorze jours durant le maillot jaune. "C'est lui qui a allumé la mèche", relève Prudhomme, séduit par l'audace et la simplicité du numéro un mondial. "Il a changé la course", affirmait Brailsford avant les Alpes. Le Français, cinquième finalement après avoir flanché dans les deux dernières étapes de montagne, avoue finir "au bout du rouleau".

 

"Gagner ce Tour ? Je ne vais pas dire que je n'y ai jamais cru, mais ce n'était pas dans ma tête". "C'était un rêve de porter le maillot jaune un jour. J'avais cette opportunité. Et je me suis retrouvé avec deux victoires d'étape et 14 jours en jaune. C'est une période que je ne vais jamais, jamais oublier de ma vie. Je suis quelqu'un qui prend très vite du recul et je me rends bien compte de ce qu'il s'est passé avec l'effet maillot jaune, les victoires, la popularité. La chose qui m'a sauvé, qui m'a permis de profiter, c'est d'avoir réussi à me détacher de tout ce qui a entouré le maillot jaune, toute la pression que ça apporte, tout ce que les gens imaginent. Je le vivais, mais je savais où étaient mes limites, je savais que la dernière semaine allait être limite pour moi, que je pouvais me surprendre mais qu'il ne fallait pas trop rêver. J'ai eu raison. J'ai donné du bonheur aux gens et c'est quelque chose qui me fait énormément plaisir. Gagner ce Tour ? Je ne vais pas dire que je n'y ai jamais cru, mais ce n'était pas dans ma tête. Se préparer pour gagner le Tour de France, c'est quelque chose qui prend des mois, même des années. Ma cinquième place elle était plus qu'inespérée donc c'est une belle récompense pour moi. Pour le classement général, peut-être que cela viendra dans les années à venir mais pour l'année prochaine j'ai dans la tête de découvrir le Tour des Flandres, et pas du tout le classement général du Tour de France. Je préfère avoir fait 14 jours en jaune et gagné deux étapes, que n'avoir rien fait et finir troisième."