Tour de France : Alaphilippe, Pinot, Gaudu... Bernard Hinault ne voit aucun Français lui succéder

  • A
  • A
Bernard Hinault tout sourire à côté de Julian Alaphilippe en jaune.
Bernard Hinault tout sourire à côté de Julian Alaphilippe en jaune. © AFP
Partagez sur :
Le "Blaireau", dernier vainqueur français de la Grande Boucle, s'est longuement confié sur la relève du cyclisme bleu-blanc-rouge. S'il n'hésite pas à souligner leur qualité, il ne voit en revanche aucun Français armé aujourd'hui pour remporter le Tour de France...
INTERVIEW

Marie Myriam et Bernard Hinault ont un point commun : depuis plus de trente ans, on se demande quel Français pourra (enfin) leur succéder au palmarès. Si "L'Oiseau et l'enfant" a fait triompher la France en 1977 pour la dernière fois à l'Eurovision, il ne faut remonter qu'"à" 1985 pour entendre la Marseillaise lors du podium du Tour de France, avec le cinquième sacre du "Blaireau" sur la Grande Boucle. Mais à l'écouter, la relève n'est pas pour tout de suite !

Bien que Bernard Hinault porte un regard admiratif sur le talent des Français actuellement dans le peloton, que ce soit sur Julian Alaphilippe, Thibaut Pinot ou David Gaudu, le Breton ne croit pas que l'un d'entre eux soit armé pour remporter cette épreuve si sélective de 21 étapes, comme il le confie sur Europe 1 dans l'émission "Face aux auditeurs" présentée par Lionel Rosso. Il se félicite en revanche de voir à quel point la nouvelle génération est riche de nombreux talents, qui vont jouer des coudes pour garnir leur palmarès personnels et offrir, sans doute, un spectacle passionnant.

Julian Alaphilippe ? "Je ne vois pas comment il pourrait lutter"

S'il y a un Français qui a fait naître l'espoir dans l'Hexagone ces dernières années, c'est bien Julian Alaphilippe. Le coureur de la Deceuninck-Quick Step est l'un des tout meilleurs coureurs actuels au monde, auteur de trois saisons particulièrement réussies avec cinq classiques glanées (deux Flèches wallonnes en 2018 et 2019, un Milan-San Remo en 2019, une Clasica San Sebastian en 2018 et les Strade Bianche en 2019) et surtout cinq étapes sur le Tour de France qu'il a illuminé en portant à vingt reprises (3 fois en 2018 et 2020 et 14 en 2019) le maillot jaune. Insuffisant, toutefois, pour Bernard Hinault, tant la concurrence est importante et son profil pas adéquat pour tenir trois semaines. "Je ne pense pas que Julian Alaphilippe est fait pour gagner le Tour de France", tranche-t-il d'emblée.

"En haute montagne, quand il aura fait une journée ou deux, il aura beaucoup de mal. Quand on connaît les forces en face de lui, quand on voit les grimpeurs qu'il y a, je ne vois pas comment il pourrait lutter", explique d'abord le Breton, aujourd'hui âgé de 66 ans. "Il est fait pour gagner des classiques, pour gagner des étapes, des championnats du monde, comme il l'a fait, parce que c'est un puncheur. A un moment, sur une petite bosse, un petit col, il est capable de faire un exploit, mais sur un grand col, quand il y aura vraiment la lutte entre les grands, il ne sera pas présent".

Thibaut Pinot ? "Je n'y crois pas"

Le leader de la Groupama-FDJ "est capable de faire des supers numéros", comme "il l'a montré sur le Tour de l'année d'avant (2019, ndlr)". "Mais de gagner le Tour, moi je n'y crois pas", affirme Bernard Hinault. Ou alors, éventuellement, sous conditions... "Il peut gagner le Tour en faisant ce que Thomas Voeckler avait fait : partir dans une échappée, se retrouver avec six ou sept minutes d'avance, qui va aller le chercher ? Il n'y a que comme ça, mais il faut prendre des risques". "Il n'est pas là pour gagner le Tour de France au départ".

Auteur d'un podium sur la Grande Boucle 2014 remportée par Vincenzo Nibali, Thibaut Pinot n'a jamais réussi à confirmer par la suite son statut de potentiel favori du Tour (16e en 2015, 29e en 2020, abandons en 2016, 2017 et 2019 et forfait en 2018). 

David Gaudu, plus fait pour les étapes ou un maillot en montagne

Le Breton David Gaudu a un profil intéressant pour briller sur le circuit professionnel, mais pas suffisant pour gagner la course phare du cyclisme, croit Bernard Hinault, malgré sa 13e place du Tour 2019, glanée à seulement 23 ans et "en ayant quand même travaillé énormément pour Pinot". "Je ne pense pas qu'il puisse gagner le Tour de France, parce qu'il y a des contre-la-montre. Mais aller chercher des étapes, ou gagner à l'occasion un maillot en montagne, c'est possible. Mais il faut jouer cette carte", poursuit le "Blaireau".

Côté stratégie de course, Bernard Hinault aurait d'ailleurs plus misé sur David Gaudu. "Si j'avais été à la place de Madiot (le manager de Groupama-FDJ), j'aurais joué deux cartes en même temps : et Pinot, et le petit Gaudu parce qu'il n'était pas trop connu donc à l'occasion il aurait pu partir dans la bonne échappée."

"Je n'ai jamais vu une génération aussi jeune, c'est exceptionnel"

Si les Français ne sont pas prêts, pour Bernard Hinault, de remporter le Tour, il se félicite de voir la jeune génération du cyclisme arriver, si talentueuse et si dense. "C'est exceptionnel. De toute ma carrière, depuis quarante ans que je suis dans le vélo, je n'ai jamais vu une génération aussi jeune, en même temps. C'est vraiment magnifique", savoure-t-il, en faisant référence sans les citer aux jeunes Remco Evenepoel (20 ans), Mathieu Van der Poel (25 ans) ou encore Daniel Martinez (24 ans), sans oublier évidemment les deux derniers vainqueurs du Tour de France Tadej Pogacar (22 ans) et Egan Bernal (23 ans).

Et le co-recordman de victoire sur la Grande Boucle (avec Merckx, Anquetil et Indurain) conclut en glissant un petit conseil aux Français : "Il faut peut être se mettre dans la tête qu'on peut gagner plutôt des étapes plutôt que de se dire 'on va faire cinquième ou sixième du Tour de France' : au bout de dix ans, tout le monde aura oublié !".