Le Français Julian Alaphilippe sacré champion du monde de cyclisme !

, modifié à
  • A
  • A
Julian Alaphalippe, ému, lors de sa victoire au championnat du monde de cyclisme 1:40
Julian Alaphalippe, ému, lors de sa victoire au championnat du monde de cyclisme © Marco BERTORELLO / AFP
Partagez sur :
Le Français Julian Alaphilippe a remporté le championnat du monde de cyclisme, dimanche, sur le circuit d'Imola en Italie.

Un Français champion du monde de cyclisme ! Julian Alaphilippe a revêtu le maillot arc-en-ciel, dimanche, sur le circuit d'Imola en Italie. Alaphilippe a battu le Belge Wout van Aert et le Suisse Marc Hirschi après une course de 258 kilomètres, plus de six heures de demie, sur un parcours tracé dans les collines de Romagne. Il est le premier Français à décrocher le titre mondial depuis Laurent Brochard en 1997.

Alaphilippe a porté son attaque en haut de la dernière ascension, à moins de 12 kilomètres de l'arrivée pour s'imposer en solitaire, sur l'autodrome Enzo et Dino Ferrari, avec 24 secondes d'avance sur ses premiers poursuivants. La course a commencé à se décanter à 70 kilomètres de l'arrivée quand le forcing de l'équipe de France (Pacher, Peters, Elissonde), venant après le travail d'usure de la Suisse et du Danemark, a mis fin à l'échappée initiale (Koch et Traeen pour derniers rescapés).

L'attaque nécessaire à l'approche de l'ultime ascension

La Belgique a pris le relais avant que le vainqueur du Tour de France, le Slovène Tadej Pogacar, attaque dès le pied de l'avant-dernière montée de la côte la plus sélective, Gallisterna, à 42 kilomètres de la ligne. Le jeune Slovène, 22 ans, a basculé au sommet avec un avantage d'une dizaine de secondes sur le groupe de poursuite mené par les coéquipiers de van Aert (Benoot, Wellens). Pogacar s'est présenté à l'entrée du 9ème et dernier tour (28,8 km) avec 25 secondes d'avance sur un peloton encore fourni, quelque 35 coureurs. Il a été rejoint avant les 20 derniers kilomètres par le Néerlandais Tom Dumoulin puis par le groupe secoué par les Italiens Damiano Caruso et Vincenzo Nibali.

À l'approche du sommet de l'ultime ascension de Gallisterna (2,7 km à 6,4 %), Alaphilippe a porté l'attaque nécessaire pour sortir du petit groupe qui s'était dégagé à l'instigation de Hirschi (Kwiatkowski, Fuglsang, van Aert, Schachmann, Roglic, Nibali). Il a porté son avantage à 15 secondes sur les faux-plats descendants vers le circuit d'arrivée avant que les poursuivants se disputent surtout les autres médailles. Vainqueur de la deuxième étape du Tour de France, le 30 août à Nice, Alaphilippe a enlevé son deuxième succès de la saison, le couronnement d'une carrière qui avait enflammé le public français l'an passé lorsqu'il avait porté le maillot jaune durant 14 jours.