OM-PSG : les Marseillais peuvent-ils remporter le clasico ?

  • A
  • A
En octobre 2017, les deux équipes avaient fait match nul au Vélodrome.
En octobre 2017, les deux équipes avaient fait match nul au Vélodrome. © BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :
Si les joueurs de Rudi Garcia n'ont plus remporté le clasico depuis novembre 2011, et que les Parisiens écrasent le championnat, l'OM peut croire en ses chances, selon notre journaliste Nicolas Rouyer. 
LE DÉBAT

C’est l’un des rendez-vous les plus attendus de l’année en Ligue 1. Dimanche soir, au Vélodrome, l’OM et le PSG s’affronteront pour le premier clasico de la saison. Une parfaite occasion pour les deux équipes de terminer la semaine sur une note positive, après leurs déceptions respectives en coupe d’Europe, avec une défaite contre la Lazio en Ligue Europa et un match nul contre Naples en Ligue des champions.

À domicile, les Marseillais, actuellement quatrièmes, tenteront de déjouer les pronostics, eux qui n’ont plus vaincu le PSG en championnat depuis... novembre 2011. Mais les hommes de Thomas Tuchel, qui écrasent actuellement le championnat avec 3,7 buts marqués par match, sont-ils prenables ? Europe 1 lance le débat.

OUI : "dans le Classique, la surprise survient parfois quand on s'y attend le moins…"
Par Nicolas Rouyer, journaliste à Europe1.fr

"Certes, cela va faire maintenant sept ans que l’Olympique de Marseille n’a plus battu le PSG. C’était lors du premier match de l’ère qatarienne du club de la capitale. Depuis, il y a eu 17 versions du Classique, et aucune victoire phocéenne. Pourquoi croire à la fin de la disette, dimanche soir ? Certes, l’OM n’a pas montré grand-chose, jeudi, en Ligue Europa, lors de sa défaite à domicile contre la Lazio Rome (3-1). Mais, la veille, le PSG a montré à nouveau, lors du match nul concédé face à Naples (2-2), quelques failles dans lesquelles l’OM aurait tout intérêt à s’engouffrer, à commencer par le manque d’impact au milieu du terrain. Marco Verratti et Adrien Rabiot sont de magnifiques joueurs, mais pêchent encore sous la pression. Devant, Edinson Cavani peine à se faire une place entre le duo Neymar-Kylian Mbappé. Derrière, enfin, le PSG sera privé dimanche de son capitaine Thiago Silva, mais aussi de Presnel Kimpembe. C'est donc l'Allemand Thilo Kehrer qui devrait accompagner Marquinhos en défense centrale devant Gianluigi Buffon.

Diminué, mais peut-être aussi un peu secoué par la "contre-performance" européenne de la semaine, le PSG sera attendu par l'OM de Rudi Garcia qui, s'il a perdu déjà trois fois - et lourdement - contre le PSG, a aussi réussi à accrocher le nul à deux reprises, avec notamment un match référence, la saison dernière, au Vélodrome (2-2). L'OM avait alors mis les ingrédients, dans la dureté et avec talent, pour contrarier la mécanique parisienne, qui a toujours tendance à se gripper contre les grosses cylindrées (Liverpool, Lyon en première période et Naples pour ne parler que de la saison en cours). Pour la dureté, on peut faire confiance à Luiz Gustavo et Kevin Strootman au milieu et pour le talent, on pourra compter sur Dimitri Payet et, on l'espère pour le spectacle, Florian Thauvin, capable de faire des misères à Juan Bernat. Malgré tout, et malgré un Vélodrome qui sera sans doute incandescent, le PSG demeure évidemment favori de ce choc de la 11ème journée, mais une surprise dans le Classique survient souvent au moment où on l'attend le moins. Le 5 mai 1999, le PSG avait battu (2-1) l'OM, alors en course pour le titre. Et mit fin à cette occasion à la série de treize matches sans défaite dans le Classique pour l'OM en Championnat…"

NON : "l'impondérable n'existe pas en Ligue 1 pour Paris"
Par Julien Froment, journaliste à Europe1

Le Paris Saint-Germain, c'est un fait, marche sur la Ligue 1 cette saison. Même quand les vents sont contraires, le club de la capitale a maintenu le cap. Que ce soit contre Guingamp (1-3) ou face à Lyon (5-0). C’est bien simple, l’incertitude glorieuse du sport n’existe plus en Ligue 1. Paris a détruit l’impondérable. Même dans un jour sans, le PSG est au-dessus de la concurrence. Le match contre Marseille, artificiellement monté en épingle, ne dérogera pas à la règle.

L’an passé, le PSG avait certes failli se faire surprendre (2-2, égalisation tardive de Cavani, ndlr) mais à l’époque, Mbappé n’avait pas encore "pris la mesure" du match, et Neymar découvrait encore la Ligue 1. Les deux précédentes rencontres – au Parc des Princes - s’étaient soldées par des 3-0 net et sans bavure. Et cela démontrait l’écart existant entre les deux formations. Même si l’équipe de Thomas Tuchel est amputée de Thiago Silva (blessé) et de Presnel Kimpembé (suspendu), l’équipe reste suffisamment armée pour étendre son invincibilité à Marseille. Paris qui, pour rappel, reste sur 17 matches sans défaite contre l’OM. Les séries sont faites pour s’arrêter, mais celle-ci devrait durer encore quelques temps…