Ligue des champions : le PSG, en huitièmes première classe

, modifié à
  • A
  • A
Les Parisiens ont décroché leur ticket pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.
Les Parisiens ont décroché leur ticket pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.
Partagez sur :
Solide et concentré, le PSG a une nouvelle fois fait voler en éclats l'Étoile rouge de Belgrade (4-1). Les huitièmes et la première place sont au bout.

"Aucun supporter n'a jamais marqué un but." Il y a cinq ans, Gianluigi Buffon, qui gardait alors les buts de la Juve, avait repris ce célèbre axiome avant un succès sur le terrain du Celtic Glasgow (3-0). Cette fois, c'est sur la pelouse de l'Étoile rouge de Belgrade, dans le bouillant Marakana, que "Gigi" et son nouveau club du PSG l'ont emporté (4-1). Un peu plus de deux mois après sa démonstration du Parc des Princes (6-1), le PSG a donc remis ça, écrasant une Étoile rouge à peine moins pâle et décrochant ainsi sa qualification sans sourciller pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Liverpool ayant battu Naples (éliminé avec une seule défaite !), le PSG s'offre même un petit extra, avec la première place du groupe. Pas un luxe à la vue du profil des premiers de groupe (Real Madrid et Barça notamment) et même si ce PSG-là, franchement, ne doit craindre personne.

"MCN" à plein régime. Pour ce match crucial (en résumé, il ne fallait pas perdre pour se qualifier), Thomas Tuchel avait décidé de faire confiance à son onze qui avait battu Liverpool il y a deux semaines et qu'on va devoir appeler type, désormais. Buffon dans les buts, Verratti-Marquinhos au milieu et la "MCN" (Mbappé-Cavani-Neymar) devant, auquel on ajoutera volontiers Angel Di Maria, encore une fois décisif mardi soir. Mais c'est l'inévitable Mbappé qui a encore une fois forcé la décision, comme face à Liverpool. Après moins de dix minutes de jeu, et dans un stade incandescent, l'attaquant des Bleus a semé le pauvre Milan Rodic avant de servir un caviar à Edinson Cavani, seul à deux mètres du but (0-1, 10e).

Mbappé, toujours lui, fut aussi à l'origine du deuxième but. Après avoir récupéré le cuir au milieu du terrain, la pépite parisienne servit instantanément Neymar sur le côté gauche. La suite, un récital. Et quelques légèretés défensives quand même. Le Brésilien, aérien et pas attaqué, s'en alla tromper le pauvre Milan Borjan (0-2, 40e). À la pause, le PSG, sérieux, avait éteint le feu qui couvait chez les supporters serbes, qui avaient attaqué pied au plancher lors de l'avant-match, entre critique diplomatique (l'épisode du président serbe privé de tribune principale lors des commémorations du 11-Novembre) et moquerie footballistique (rappel de la victoire en C1 en 1991, victoire après laquelle le PSG court toujours).

Le mauvais quart d'heure parisien. Mais si le feu avait été circonscrit, il n'avait pas été totalement éteint. Et il a fallu deux occasions et un but, magnifique, de Marko Gobeljic (1-2, 56e), pour rallumer la passion dans le stade. Comme à Naples un mois plus tôt, le PSG traversait une partie de la rencontre comme un fantôme. "On n'a pas fermé le milieu de la même façon qu'en première mi-temps, l'adversaire a joué avec beaucoup de risque et de talent", a reconnu l'entraîneur du PSG, Thomas Tuchel, au micro de RMC. Heureusement pour ses joueurs et lui, ce mauvais passage parisien n'a pas duré plus d'un quart d'heure. Le ballon a de nouveau été confisqué, et les occasions sont revenues côté parisien jusqu'à ce magnifique coup de tête décroisé de Marquinhos (1-3, 74e), mettant fin aux derniers espoirs belgradois. Dans le temps supplémentaire, Mbappé a apporté la touche finale, sur un service de Neymar (1-4, 90e+2) pour parfaire le joli tableau de la "MCN".

 

En attendant le 17 décembre… "J'ai la chance d'évoluer avec deux grands joueurs et on arrive à se fondre dans le collectif", a souligné Mbappé sur RMC Sport. "Il faut maintenant gagner des matches et revenir en février avec le plein de confiance. L'objectif, c'est d'avancer, on ne joue pas pour perdre." Premier de son groupe, le PSG a déjà une idée des clubs qu'il va pouvoir affronter en huitièmes de finale. L'Atlético de Madrid, Tottenham, Schalke 04 ou la Roma font partie de la liste. "On ne souhaite personne, on va prendre ce qu'on nous donne", a conclu Mbappé. Le tirage au sort aura lieu le lundi 17 décembre.