Ligue des champions féminines : Lyon pour la passe de trois face à Wolfsbourg

, modifié à
  • A
  • A
La Lyonnaise Eugénie Le Sommer et l'Allemande Babett Peter se disputent le ballon en finale de la Ligue des champions 2016 remportée par Lyon.
La Lyonnaise Eugénie Le Sommer et l'Allemande Babett Peter se disputent le ballon en finale de la Ligue des champions 2016 remportée par Lyon. © AFP
Partagez sur :
Les footballeuses lyonnaises, double tenantes du plus prestigieux trophée européen, affrontent l'équipe allemande jeudi soir (18h) à Kiev. C'est également une belle entre les deux équipes qui se sont déjà affrontées deux fois en finale.

Un triplé européen historique. Voilà ce que vise l'Olympique lyonnais jeudi soir, à 18h, au stade Dynamo Lobanovski de Kiev, contre la redoutable équipe allemande de Wolfsbourg. Cette finale de Ligue des champions fera également office de belle entre deux équipes qui se sont déjà affrontées deux fois en finale.

Lyon veut sa belle... et son triplé. Entre Lyon et Wolfsbourg, c'est une vieille histoire en Ligue des champions féminine. Les Lyonnaises, doubles vainqueurs en 2011 et 2012, avaient buté sur les Allemandes en 2013 (défaite 1-0), avant de prendre leur revanche aux tirs au but en 2016 et d'éliminer Wolfsbourg en quarts de finale la saison passée (2-0, 0-1). Co-recordwomen du nombre de titres européens avec Francfort (quatre), les Lyonnaises, en cas de victoire, deviendraient en plus les seules en tête du palmarès. 

Wolfsbourg vise aussi la passe de trois. Mais pour réaliser l'exploit de remporter une troisième Ligue des champions consécutive, ce dont rêve également le Real Madrid de Zinedine Zidane, qui affronte samedi soir Liverpool en finale chez les hommes, les Lyonnaises vont devoir se défaire d'une équipe allemande au top. Wolfsbourg vient en effet de remporter le championnat et la Coupe nationale cette saison, que les joueuses se verraient bien boucler sur un triplé. "Nous avons joué samedi", a exposé mercredi la défenseure Nilla Fischer à propos de la finale de la Coupe d'Allemagne, remportée aux tirs au but face au Bayern Munich (0-0, 3-2 t.a.b.). "Ça été difficile comme match, il faisait chaud, mais cela nous donne de l'énergie d'avoir gagné un autre titre".

"Un combat à livrer". "Je ne suis pas Sergio Ramos !", a tempéré Wendie Renard, capitaine et défenseure emblématique du club français pour éviter toute analogie avec l'international espagnol. "On sait qu'en cas de victoire, on peut rentrer un peu plus dans l'histoire. Mais avant cela on a un combat à livrer (jeudi). Je vous en reparlerai s'il y a victoire", a-t-elle ajouté, mercredi lors du point-presse d'avant match.

Une autre finale à jouer. Déjà assurées de conserver leur titre de championnes de France - le douzième consécutif -, les joueuses de l'OL pourraient également remporter leur huitième Coupe de France le 31 mai contre le PSG.