Foot : un défenseur du Havre, "choqué", raconte les incidents à Ajaccio

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Harold Moukoudi, joueur au Havre, a témoigné sur Europe 1 après les débordements en marge du match de prébarrages d’accession en Ligue 1, remporté dimanche par le club corse.
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Bus caillassé, échauffourées, insultes et députée exfiltrée pendant le match... Les incidents autour du match entre l’AC Ajaccio et Le Havre, dimanche soir, en prébarrages d’accession à la Ligue 1 (2-2 a.p; 5-3 aux tirs au but), ont été le théâtre de nombreux débordements et d'insultes venues des tribunes. "C’était des insultes à caractère raciste : sale Français de merde, sale négro. C’était choquant. Si on gagnait, on se disait qu’on n’allait pas rester sur le terrain. Je suis choqué. Ce n’est pas ça le football", a raconté Harold Moukoudi, le défenseur du Havre, lundi, sur Europe 1.

Le président du HAC agressé. Dans les gradins, la tension a été vive. Le président du Havre, Vincent Volpe, a ainsi été agressé verbalement et physiquement à la fin de la seconde mi-temps de la prolongation. Le dirigeant normand a, selon un membre de son club, été victime d’insultes, de crachats et de coups de pied dans le dos alors qu’il était en loge présidentielle.

Foot - "Je suis choqué" : un défenseur du Havre raconte les incidents à Ajaccio

La députée UDI de Seine-Maritime, Agnès Firmin Le Bodo, qui assistait à la rencontre, a elle dû quitter précipitamment la tribune officielle avec l'équipe du HAC après un jet de projectile. Elle a affirmé elle aussi avoir entendu des injures comme "Français de merde". Une autre source raconte à Europe 1 que les bagagistes de l'aéroport d'Ajaccio ont failli en découdre avec les joueurs havrais à leur départ. Le club havrais espère désormais des sanctions contre le club corse, qui jouera mercredi à Ajaccio le match aller du barrage d’accession en Ligue 1 contre Toulouse.

L’entraîneur de Toulouse "ne voit pas pourquoi ça se passerait mal". Faut-il craindre des incidents pour le match de barrage aller entre Ajaccio et Toulouse, mercredi soir ? "C'est peut-être un peu plus chaud qu'ailleurs et il y a un contexte un peu particulier avec les supporters, mais il ne faut pas en avoir peur", a répondu l'entraîneur de Toulouse, Mickaël Debève. "Si on n'est pas capable de passer par-dessus ça, il ne faut pas qu'on se déplace. Je suis sûr que ça va très bien se passer. Je ne vois pas pourquoi ça se passerait mal", a-t-il ajouté.