Foot : Thierry Henry tente de rebondir sur le banc de l'Impact Montréal

  • A
  • A
© VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :
Thierry Henry, qui restait sur une première expérience cauchemardesque sur le banc de Monaco, a choisi de se relancer dans le championnat nord-américain MLS en devenant entraîneur de l'Impact Montréal pour deux saisons au moins, a annoncé jeudi la franchise canadienne.

"Henry a signé un accord de deux ans, assorti d'une option pour 2022", a écrit l'Impact sur son site internet. Thierry Henry a donc choisi de se relancer dans le championnat nord-américain de football, la Major League Soccer (MLS), après une première expérience désastreuse en France, à Monaco. L'ancien attaquant (42 ans), champion du monde 1998 avec l'équipe de France, connaît bien la MLS pour avoir porté les couleurs des New York Red Bulls (2010-2014).

Pour le jeune technicien français, c'est l'opportunité de rebondir après des débuts ratés comme entraîneur principal à Monaco : nommé en grande pompe à l'automne 2018 sur le banc de son club formateur, Henry avait été évincé après seulement 100 jours sur le Rocher et des résultats très décevants.

Henry n'a pour l'instant pas convaincu en tant qu'entraîneur

Et mis à part son expérience d'adjoint du sélectionneur de la Belgique, l'Espagnol Roberto Martinez, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus (51 buts) n'a pour l'instant pas convaincu dans son nouveau costume de technicien. Henry devient le septième entraîneur de l'Impact. Il succède à ce poste au Colombien Wilmer Cabrera, qui a assumé l'intérim pendant deux mois à Montréal cette année après le limogeage en août de l'entraîneur français Rémi Garde. L'ancien Lyonnais était arrivé à Montréal en novembre 2017.

"C'est un honneur de devenir entraîneur-chef de l'Impact Montréal et de revenir en MLS", a dit Henry, cité dans le communiqué. "C'est une ligue que je connais bien où j'ai passé de très bons moments", a-t-il ajouté. L'Impact a manqué les playoffs en 2019, terminant à la neuvième place de la conférence Est.

Europe 1
Par Europe1 avec AFP