Foot : le propriétaire King Street ne souhaite plus "financer" les Girondins de Bordeaux

, modifié à
  • A
  • A
Girondins Benoit Costillunges
Les Girondins étaient passés sous pavillon américain en 2018. © thibaud moritz / MORITZ / AFP
Partagez sur :
Dans un contexte de crise sportive aiguë, le fonds d'investissement américain King Street annonce qu'il ne souhaite plus "financer" les Girondins de Bordeaux, dont il est propriétaire. Le club, l'un des plus titrés du championnat de France, se retrouve dans l'incertitude totale quant à son avenir. 

King Street, le fonds d'investissement américain propriétaire des Girondins de Bordeaux, a annoncé jeudi qu'il ne souhaitait plus financer le club qui, au moment où il lutte pour son maintien en L1, se retrouve plongé dans l'incertitude la plus totale, avec son destin entre les mains du tribunal de commerce.

Dans un communiqué, le club a annoncé que King Street a fait savoir qu'il ne "souhaite plus soutenir le club et financer les besoins actuels et futurs" des Girondins, placés sous la protection du tribunal de commerce de Bordeaux. "Un mandataire ad hoc a été nommé (qui) sera chargé d’assister le FC Girondins de Bordeaux dans sa recherche d'une solution durable", ajouté le club, évoquant "le contexte économique lié à la pandémie de la Covid-19 et (le) retrait de Mediapro (ayant) provoqué une baisse sans précédent des recettes des clubs de football français".

Crise sportive

Cette annonce intervient dans un contexte de crise sportive aiguë - Bordeaux est 16e de L1 et lutte pour son maintien - et de très fortes tensions entre le président Frédéric Longuépée et les Ultramarines, le principal groupe de supporters, exacerbées depuis fin 2019 et une affaire de billetterie.

La crise s'est amplifiée au printemps 2020 avec la diffusion des "Girondins leaks", une série d'enregistrements audio, issus de réunions privées tenues entre décembre 2019 et mars 2020 entre les dirigeants bordelais et des abonnés du club, et diffusés par les Ultramarines sur les réseaux sociaux. King Street était seul maître à bord à Bordeaux depuis qu'il avait racheté ses parts au fonds américain GACP (General American Capital Partners) de Joe DaGrosa, avec lequel il avait repris le club en 2018, jusque-là propriété de la chaîne M6.

Grosse incertitude sur l'avenir du club

Dans quelle division joueront les Bordelais la saison prochaine ? En L1 ? En L2 comme il y a pile 30 ans après une descente pour raisons administratives ? Au niveau amateur comme d'autres clubs historiques ou prestigieux tels Reims, Sedan, Bastia ou Strasbourg ? Ou vont-ils carrément disparaître ? "C'est ce qui peut arriver", a déclaré sur RMC la légende du club Alain Giresse qui s'est dit "trahi par des gens qui sont totalement incompétents dans le domaine du football et qui ne sont pas venus là pour faire du sport mais pour faire du business". 

Tous les scénarios sont désormais possibles après le lâchage par King Street, qui avait racheté à l'automne 2018 pour 100 millions d'euros le club propriété de la chaîne M6, en compagnie d'un autre fonds américain, GACP, très dépensier, dont il avait racheté les parts un an plus tard.