FFF : Luis Fernandez demande à Noël Le Graët "d’ouvrir ses portes" aux anciens Bleus

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Luis Fernandez, qui veut constituer une liste pour la présidence de la Fédération française de foot contre Noël Le Graët, a débuté jeudi sa campagne. Sur Europe 1, l'ancien milieu de terrain a demandé au patron de la FFF "d'ouvrir ses portes" aux anciens joueurs de l'équipe de France. 
INTERVIEW

Luis Fernandez est entré en campagne ce jeudi. L'ancienne star de l'équipe de France, qui espère constituer une liste pour les prochaines élections à la présidence de la Fédération française de foot, en mars 2021, a détaillé son projet sur Europe 1. Si l'ex-milieu de terrain refuse de "cibler" l'actuel patron de la FFF, Noël Le Graët, il lui a demandé "d'ouvrir ses portes" aux anciennes gloires de l'équipe de France, dont les générations 1984 (vainqueurs de l'Euro 84) et 1998 (champions du monde et d'Europe deux ans plus tard). "Il faut qu’il puisse ouvrir un peu ses portes à d’autres. Dans le football il n’y a pas que le sportif, il y a aussi le financier et l’administratif. Les anciens peuvent aussi aller dans ces domaines-là", a assuré l'ancien entraîneur du PSG. 

"Je ne suis pas dans la démarche d'être candidat" 

Luis Fernandez avait annoncé début juin sa volonté de constituer une liste pour la présidence de la FFF, disant avoir le soutien de plusieurs légendes des Bleus comme Alain Giresse ou Lilian Thuram. Il a en revanche confirmé exclure de se porter lui-même candidat. "Je ne suis pas dans la démarche d’être candidat, je veux rassembler. Je veux qu’on rassemble le plus d’éducateurs, de formateurs, et même de présidents. Il y a de moins en moins de moyens à cause du coronavirus, il va falloir reconstruire", a soutenu le champion d'Europe 1984. 

"J'aimerais qu'on modifie le fonctionnement de la FFF" 

Luis Fernandez a également dit vouloir "modifier le fonctionnement" de la FFF, en y intégrant davantage les anciens joueurs de l'équipe de France. "Je n’ai pas de cible, je suis en train d’écouter et de regarder. Je ne vise pas (Noël Le Graët). J’aimerais qu’on modifie le fonctionnement de la FFF. Si vous ne dites rien, si vous ne vous exposez pas, on prend des places qui auraient pu être profitables à des anciens qui ont des connaissances et des compétences", a-t-il jugé. "Je ne demande pas qu’il n’y ait que les anciens des générations 1984-1986 et 1998-2000 de l’équipe de France. Je veux qu’aussi d’autres garçons, qui ont été des exemples, puissent intégrer les instances, comme par exemple Jérémy Toulalan ou Benjamin Nivet."

"J’aimerais que les anciens qui ont contribué au foot français puissent intégrer les instances, les districts, les ligues pour parler et apporter leur expérience", a-t-il ajouté. 

"Le bilan de Le Gräet, ce sont des joueurs professionnels qui gagnent une Coupe du monde" 

L'ancien milieu de terrain a également tenu à relativiser le bilan de Noël Le Graët, qui a spectaculairement redressé la FFF depuis sa prise de fonction en 2011, un an après le scandale du bus de Knysna à la Coupe du monde en Afrique du Sud, avec à la clé un titre de champions du monde en 2018 et de très bons résultats financiers. "Le bilan (de Noël Le Graët), ce sont des joueurs professionnels qui gagnent une Coupe du monde. J’aimerais qu’on fasse une synthèse avec le bilan sur le foot amateur. Certains ne sont pas contents et sont déçus", a-t-il assuré.