Euro : ce qu’il faut retenir du match nul entre l’Angleterre et l’Ecosse

, modifié à
  • A
  • A
Les Anglais n'ont pas trouvé la faille face à l'Ecosse.
Les Anglais n'ont pas trouvé la faille face à l'Ecosse. © FACUNDO ARRIZABALAGA / POOL / AFP
Partagez sur :
L’Angleterre n’est pas parvenu à inscrire le moindre but vendredi soir face à l’Ecosse dans un match pourtant dominé par les "Three Lions" (0-0). L’Angleterre devra donc encore patienter pour valider son ticket pour les huitièmes de finale de la compétition. Elle affrontera la République tchèque mardi.

Les sélections anglaises et écossaises se sont séparées sur un match nul (0-0) vendredi soir à Wembley devant 22.000 spectateurs dans une rencontre de l'Euro pourtant dominée par les Anglais. Alors que ces derniers pouvaient rejoindre l'Italie, la Belgique et les Pays-Bas en huitièmes de finale en cas de victoire, ils devront encore batailler pour valider leur ticket lors du prochain match face à la République tchèque mardi. Cette rencontre était la 115e entre les deux équipes, 149 ans après un match joué à Glasgow, le 30 novembre 1872, la première rencontre internationale de l'histoire. Elle s'était déjà conclue par un 0-0.

Pour les Anglais, dominer n’est pas gagner

Il tombait des cordes au coup d’envoi du match entre les Anglais et les Ecossais vendredi soir à Wembley. Et la partie a ressemblé à une sorte de douche froide pour les joueurs anglais qui ont tout tenté pour marquer un but précieux sans succès. Un but aurait pourtant pu leur permettre de rejoindre les huitièmes de finale. Mais ils ont d’abord buté sur le poteau droit écossais après une tête rageuse de leur défenseur John Stones sur corner à la 11e minute. Tout au long de la soirée, les Anglais se sont procurés des occasions, certaines étant sanctionnées de hors-jeu, notamment en première période, comme la tête de l’attaquant Harry Kane à la 28e minute.

Les Ecossais ne se sont toutefois pas contentés de défendre, se créant par exemple une très belle occasion à la 29e minute avec une demi-volée de leur défenseur Stephen O’Donnell qui a été repoussée par la main droite solide du gardien anglais.

Au retour des vestiaires, les Anglais ont essayé de se montrer plus pressants dans le camp écossais, la tentative du joueur de Chelsea Mason Mount frôlant le but adverse (47e). Mais à l’image de Harry Kane, muet et remplacé à la 74e par Marcus Rashford, les Anglais n’ont jamais trouvé la faille malgré un dernier cafouillage dans le temps additionnel.

Les Ecossais mettent l’ambiance à Londres

S’ils ont vécu une soirée de football plutôt terne, les supporters écossais avait coché la date de ce match depuis des mois et étaient visiblement impatients de voir ce qu’allait réserver ce nouvel épisode d'une rivalité légendaire. En témoigne le déplacement en nombre de la "Tartan Army", le surnom des supporters écossais portant fièrement le kilt, à Londres. Même si seulement 2.500 d'entre eux ont pu accéder au mythique stade de Wembley.

Ils auraient été plus de 20.000 à avoir défié le maire de Londres et la fédération écossaise qui avaient demandé aux supporters sans billets de rester chez eux. Mais ceux présents dans la capitale britannique ont mis un joyeuse ambiance à Hyde Park et Leicester Square, malgré la pluie et surtout grâce à quelques bières et autres boissons alcoolisées.

Europe 1
Par Jonathan Grelier, avec AFP