Vendée Globe : Bestaven remporte la course devant Dalin, Le Cam quatrième

, modifié à
  • A
  • A
Yannick Bestaven
À 48 ans, Yannick Bestaven participait à son second Vendée Globe. © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :
Si Charlie Dalin a été le premier à franchir la ligne d'arrivée mercredi soir, c'est Yannick Bestaven, arrivé le troisième jeudi à 4h19, qui remporte ce tour du monde en solitaire après une déduction de temps compensatoire pour avoir porté secours à Kévin Escoffier le 30 novembre. Arrivé dans la soirée, Jean Le Cam finit quatrième après déduction des compensations.
L'ESSENTIEL

Jusqu'au dernier moment, la neuvième édition du Vendée Globe n'a pas ménagé ses rebondissements. Yannick Bestaven, à bord de son bateau Maître Coq IV, a franchi jeudi la ligne d'arrivée du Vendée Globe en troisième position mais a été déclaré vainqueur en raison de compensations dont il bénéficiait pour avoir participé au sauvetage de Kevin Escoffier. Charlie Dalin, sur Apivia, a été le premier à boucler le tour du monde mercredi à 20h35, suivi de Louis Burton (Bureau Vallée 2) quatre heures plus tard, mais aucun d'eux deux n'était concerné par des compensations et ils terminent donc respectivement deuxième et troisième du tour du monde en solitaire. Boris Herrmann a été le quatrième a franchir la ligne, en fin de matinée, mais c'est Jean Le Cam qui prend sa place au classement pour sa participation au sauvetage de Kevin Escoffier. Suivez avec nous l'arrivée de ce Vendée Globe.

Les informations à retenir :

  • Charlie Dalin a été le premier à franchir la ligne d'arrivée du Vendée Globe à 20h35 mercredi
  • Yannick Bestaven, troisième à franchir la ligne, est passé en tête du classement après une déduction de temps compensatoire
  • Un temps en lice pour le trophée, l'Allemand Boris Herrmann a heurté un bateau de pêche mercredi soir
  • Jean Le Cam, arrivé jeudi soir, finit quatrième après déduction des compensations

Comment le jeu des compensations a permis la victoire de Bestaven

Cinquième, puis troisième puis premier en l'espace de quelques heures : Yannick Bestaven a vécu une fin de course de folie pour remporter le Vendée Globe 2020, jeudi dans la nuit noire des Sables-d'Olonne, après 80 jours en mer. Yannick Bestaven, qui est arrivé à 4h19 jeudi, a bénéficié de 10 heures et 15 minutes de compensation, déduites de son temps de course après s'être dérouté pour porter assistance à Kévin Escoffier le 30 novembre dernier. C'est ainsi que le numéro trois sur la ligne d'arrivée a pu remporter pour la première fois cette course, à 48 ans.

Le 8 novembre, Yannick Bestaven avait pris le départ pour la deuxième fois du tour du monde légendaire. La toute première fois, en 2008, lui avait laissé de douloureux souvenirs. Au lendemain du départ, il avait démâté dans le golfe de Gascogne et avait dû abandonner après trente heures de course. Un triste record. En tête durant presque un mois, il a été le premier à passer le cap Horn. Mais la fête aura été de courte durée, englué dans une zone sans vent, il a vu ses rivaux fondre sur lui et le dépasser. Découragé, presque désemparé, il a donné l'impression de baisser les bras. Au lieu de ça, il s'est relancé dans la course. 

Il a été accueilli jeudi par un feu d’artifice, à défaut du public dont la présence a été interdite en raison de la pandémie de Covid-19. "Je suis super content, j'ai du mal à me rendre compte de ce que l'on vient de réaliser", a déclaré le natif de Saint-Nazaire au micro d'Europe 1, depuis son navire, bloqué au large des Sables-d'Olonne par une mer très agitée après avoir franchi la ligne d'arrivée. Yannick Bestaven a voulu avoir une pensée pour son équipe, sa famille "et tous ceux qui [l']ont aidé pendant quatre années à préparer ce projet".

Pour Bestaven, "un ascenseur émotionnel"

Après ce final haletant, le vainqueur de ce Vendée Globe 2020 a savouré sa "belle revanche" après une déconvenue en 2008 et de nombreux obstacles cette année. Au micro d'Europe 1, le skipper de Maître Coq IV est revenu sur cet exploit auquel il ne croyait plus pendant de longues semaines. La course fut donc, pour le skipper de 48 ans, un "ascenseur émotionnel". Retrouvez cet entretien ci-dessous : 

Malheureux, Herrmann se classe finalement cinquième après une collision

Le navigateur allemand Boris Herrmann (Seaexplorer - Yacht Club de Monaco) a franchi la ligne d'arrivée à 10h19'45'' et se classe finalement cinquième de la course en tenant compte de la compensation qu'il a obtenue lors du sauvetage de Kevin Escoffier. Le skipper allemand, qui prétendait à la victoire, a heurté un bateau de pêche mercredi soir alors qu'il naviguait en troisième position à 160 km de l'arrivée aux Sables d'Olonne. La collision a causé des dommages sur le foil tribord (appendice qui permet de voler) et contraint le skipper à terminer son parcours vers la ligne d'arrivée à vitesse réduite. 

Le navigateur allemand a été suivi deux heures plus tard par le Français Damien Seguin. L'Italien Giancarlo Pedote (Prysmian Group) a été le navigateur suivant à rallier la Vendée, vers 15h30.

Jean Le Cam finit quatrième

Il avait suscité admiration et courage : Jean Le Cam, vieux briscard en passe de boucler son troisième Vendée Globe, est arrivé jeudi soir vers 20h30 aux Sables d'Olonne, il termine quatrième après déduction des compensations. Il y a deux mois, il avait sauvé du naufrage Kevin Escoffier. Ce soir, les deux navigateurs devraient se retrouver. "C'est son arrivée à lui. Il a fait une course fantastique. Je serai là avec plaisir s'il a un peu de temps, pour qu'on échange quelques mots et qu'on puisse aller boire un verre pour se remémorer les jours passés ensemble. Mais je ne suis pas là pour venir prendre du temps sur son arrivée, je suis là pour l'accompagner s'il le souhaite", a prévenu Escoffier, interrogé par l'AFP.

Un jury avait accordé seize heures et quinze minutes de compensation à Jean Le Cam pour ce sauvetage, ce qui ramène son temps officiel à 80 jours, 13 heures, 44 minutes et 55 secondes.

La joie de Charlie Dalin

À 36 ans, Charlie Dalin boucle son premier tour du monde avec panache, après avoir bravé les éléments déchaînés dans une grande solitude qui lui sied bien, lors de la neuvième édition du Vendée Globe. Il a notamment occupé la tête du classement durant plus de soixante pour cent du parcours à bord de son bateau volant dernière génération. ""J'étais heureux d'avoir les honneurs de la ligne d'arrivée. Ça, on ne l'enlèvera pas", a-t-il déclaré jeudi matin au micro d'Europe 1. "Ça s'est joué à quelques heures. Je ne regrette rien. Je suis heureux de la copie que j'ai rendue de ma course. C'était un énorme bonheur de franchir la ligne d'arrivée en tête hier soir."

Concernant la victoire sur le fil de Yannick Bestaven, avec un écart de seulement 2h30, Charlie Dalin a estimé, toujours sur Europe 1 : "C'est tout à fait normal que quand on se déroute pour aller sauver quelqu'un, on ait des compensations en temps". "Il y a deux vainqueurs sur ce Vendée Globe", a pour sa part assuré le détenteur du trophée, Yannick Bestaven, prédisant à Charlie Dalin une victoire pour la prochaine édition.

Louis Burton, deuxième à franchir la ligne d'arrivée

Louis Burton (Bureau Vallée 2) a été le deuxième à passer la ligne d'arrivée du Vendée Globe au Sables-d'Olonne jeudi après 80 jours, 10 heures, 25 minutes et 12 secondes de mer. Il termine finalement troisième. Il participait à son troisième Vendée Globe, a franchi la ligne à 00h45 et 12 sec très précises, soit 4 heures, 9 minutes et 25 secondes après Charlie Dalin. Thomas Ruyant (LinkedOut) est arrivé quatrième position mais termine sixième, devancé par Jean Le Cam et Boris Herrmann suite à l'application des compensations.

Huit arrivées en mois de 24 heures

Arrivé jeudi à la mi-journée, sixième à franchir la ligne, Damien Seguin (Groupe Apicil) est devenu le premier marin handisport à boucler le Vendée Globe. Mais il a été devancé après coup au classement par Jean Le Cam (Yes We Cam !).

Ce serait donc huit bateaux arrivés en une journée. Du jamais vu sur une édition du Vendée Globe ! Sur les 33 marins ayant pris le départ le 8 novembre, huit ont abandonné.