Devenu coach en esport, Yannick Agnel a évité "la déprime post-carrière du sportif"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Yannick Agnel a été l'un des plus grands nageurs français mais depuis ses 24 ans, il a tout arrêté. Son désir de nouveauté l'a amené quelques années plus tard, à devenir coach de esport, c'est-à-dire entraîneur de joueurs de jeux vidéo.
INTERVIEW

Si Yannick Agnel, ancien champion du monde et olympique de natation a quitté les bassins, il n'a pas pour autant abandonné le milieu sportif. Dans l'émission L'équipée sauvage, il raconte comment il est devenu directeur sportif d'une équipe de esport, un nouveau sport lié à la pratique de jeux vidéo en compétition. 

 

"Je connais pas grand-chose en termes de technique du jeu vidéo. Mon rôle est plutôt extérieur c’est-à-dire que je vais mettre en place toute la méthodologie pour que les joueurs gagnent quelques centièmes de temps de réaction", explique l'ancien double champion du monde sur 200 mètres nage libre.

Devenu coach, Yannick Agnel ne néglige pas non plus l'entraînement des joueurs, lui, qui dit avoir "adoré s'entraîner" pendant ses années de natation. Il essaye donc d'aider ses joueurs à "récupérer un peu mieux que leurs concurrents". "Ça fait partie de l’exercice physique", poursuit-il, ajoutant s'assurer de la bonne "préparation psychologique et du suivi médical de ses joueurs". 

Des bassins aux claviers d'ordinateur

Ce suivi sérieux porte ses fruits. "On a quelques bons résultats", souligne le jeune coach de 27 ans. "On a un joueur qui a été deuxième à la coupe du monde de Fortnite cet été, le vidéo le plus joué au monde. L'une des équipes de Yannick Agnel a été, selon lui, "troisième au championnat de France sur la Ligue Française de League of Leagends, le deuxième jeu le plus joué au monde".

Yannick Agnel a donc réussi à mêler son passé de champion de natation et sa passion du jeu vidéo, né il y a déjà plusieurs années. "Quand je m'entraînais six à huit heures par jour, lorsque je rentrais chez moi, la seule chose que j'avais envie de faire, c'était de m'affaler comme une loque sur le canapé. Et la seule chose qui était à côté de moi, c'était la manette. Le lien était donc assez rapide", se souvient Yannick Agnel. 

Une deuxième vie après la gloire 

S'il admet que les voyages et les entraînement de natation lui manquent, Yannick Agnel se dit pourtant satisfait de ne plus "entrer dans l’eau en plein hiver, à six heures du matin". "Je n'ai pas vraiment connu la déprime post-carrière du sportif", affirme-t-il. "Évidemment, je me suis demandé quel sens j'allais donner à ma vie. Et, j'ai trouvé la réponse rapidement parce que je me suis rendu compte qu'il fallait entreprendre, avoir des projets, aller voir les gens. C'est vrai qu'en étant ex-champion du monde et olympique, les portes s'ouvrent plus facilement que pour d'autres."

Europe 1
Par Tiffany Fillon