Cyclisme : le maire de Lyon juge le Tour de France "machiste et polluant"

  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
Le maire EELV de Lyon Grégory Doucet a jugé mercredi le Tour de France, dont la 14e étape arrive samedi à Lyon, "machiste et polluant". Stanislas Guerini, patron de La République en marche, lui a répondu vivement, jeudi, sur Europe 1.

Le maire EELV de Lyon Grégory Doucet a jugé mercredi le Tour de France, dont la 14e étape arrive samedi à Lyon, "machiste et polluant" s'interrogeant sur une éventuelle future candidature pour accueillir la Grande Boucle si elle n'évolue pas au plan écologique. "Plusieurs points me dérangent. D'abord, le Tour de France continue à véhiculer une image machiste du sport", a affirmé l'édile dans un entretien accordé au quotidien Le Progrès, accessible sur son site internet.  "Quand on défend les valeurs du sport, on défend l'égalité femmes-hommes. Il devrait y avoir un Tour de France féminin depuis longtemps. C'est la dernière épreuve d'envergure à ne pas avoir franchi le pas", a-t-il ajouté s'interrogeant également sur "l'empreinte écologique du Tour" assurant que l'épreuve "n'était pas écoresponsable".

"Les goodies qui sont jetés par la caravane doivent maintenant être repensés pour être durables". "Combien de véhicules à moteur thermique circulent pour faire courir ces coureurs à vélo ? Combien de déchets engendrés ?", a-t-il demandé, jugeant qu'il "n'était plus acceptable d'avoir des grandes manifestations sportives dont la première priorité n'est pas de se poser la question de leur empreinte". "Tous les petits objets, les goodies, les machins qui sont jetés par la caravane doivent maintenant être repensés pour être durables ou ne pas être jetés du tout", a dit M. Doucet. "Le Tour coûte à la Ville un peu plus de 600.000 euros. L'ardoise n'est pas anodine. La Ville poura être à nouveau candidate à accueillir la Grande Boucle quand elle aura démontré qu'elle peut évoluer", a prévenu le maire.
"Je veux des garanties que les événements que l'on accueille dans notre ville se montrent responsables à l'égard de la planète. Tant que l'on n'aura pas creusé ce sujet-là, le dossier ne va pas revenir sur ma table", a-t-il assuré.

"C’est une drôle de vision de la société"Invité jeudi matin d'Europe 1, Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche, a répondu au maire écologiste de Lyon : "C’est une drôle de vision de la société. J’ai un petit peu peur des visions de la société qui trouvent que rien n’est jamais assez pur, qui veulent revenir sur tout", a taclé le délégué général de LREM. Le chef du parti majoritaire en a donc profité pour élargir sa critique, dans un contexte politique ou LREM ne retient plus ses coups à l’encontre d’Europe Ecologie-Les Verts. "C’est une vision trop idéologisée. Elle m’inquiète un petit peu, parce qu’on ne fait plus rien dans aucun domaine, si on se met à avoir ce type de raisonnement".