Cris racistes lors de Russie-France : la Fédération russe à l'amende

, modifié à
  • A
  • A
Ousmane Dembélé (à droite) avait été victime de cris de singe à au moins deux reprises, contre la Russie fin mars.
Ousmane Dembélé (à droite) avait été victime de cris de singe à au moins deux reprises, contre la Russie fin mars. © OLGA MALTSEVA / AFP
Partagez sur :
Durant le match amical Russie-France joué fin mars, Ousmane Dembélé et Paul Pogba avaient été victimes de cris racistes. La Fifa a décidé d'infliger une amende d'environ 25.000 euros à la Fédération russe.

La Fédération russe a écopé d'une amende de 30.000 francs suisses (environ 25.000 euros) à la suite de cris racistes proférés par des supporters lors du match amical Russie-France fin mars, a annoncé la Fifa mardi, à moins de quarante jours de la Coupe du monde dans le pays.

Dembélé et Pogba victimes de cris de singe. Durant le match amical Russie-France (1-3) joué le 27 mars à Saint-Pétersbourg, plusieurs photographes, dont un de l'AFP, ont entendu des cris de singe visant l'attaquant français Ousmane Dembélé. Des téléspectateurs en ont également signalé au moment où son compatriote Paul Pogba touchait le ballon à la 73e minute. Les onomatopées caractéristiques ont en effet été parfaitement audibles, l'espace d'un instant, lors de la retransmission de la rencontre par TF1.

La commission de discipline de la Fifa a décidé de sanctionner la Fédération russe "à la suite d'une enquête exhaustive et notamment du visionnage de preuves vidéo", en mentionnant "la gravité de l'incident", mais aussi "le nombre limité de supporters impliqués".

Un mal récurrent en Russie. Le racisme est un mal récurrent dans le football russe, alors que le pays s'apprête à accueillir la Coupe du monde. Une campagne de lutte contre le racisme a été entreprise depuis des incidents de 2015 impliquant le Brésilien Hulk ou le milieu ghanéen Emmanuel Frimpong, expulsé pour avoir réagi de manière virulente à des injures racistes lors d'un match du championnat de Russie. Mais si les incidents ont diminué, ils n'ont pas disparu, comme en témoignent les cris entendus à Saint-Pétersbourg et un rapport de l'ONG Fare, qui a enregistré 89 incidents racistes autour des matches de football en Russie durant la saison 2016-2017.