Coupe du monde féminine : face au Brésil, les Bleues assurent mais ne rassurent pas

, modifié à
  • A
  • A
La capitaine Amandine Henry a finalement délivré son équipe en prolongations, dimanche soir.
La capitaine Amandine Henry a finalement délivré son équipe en prolongations, dimanche soir. © AFP
Partagez sur :
L'aventure du Mondial se poursuit pour les Françaises. Les joueuses de Corinne Diacre ont difficilement battu le Brésil, dimanche soir (2-1), après prolongations, et disputeront les quarts de finale. 
LE RÉSUMÉ DU MATCH

C'est peu de dire que l'atmosphère était irrespirable, dimanche soir au Havre. L'affiche prometteuse entre la France, pays hôte de la Coupe du monde féminine, et le Brésil de Marta, joueuse la plus capée de l'histoire de la compétition, permettait de rêver d'un match de très haut niveau. Hachée et riche en fautes, la rencontre n'aura pas tenu cette promesse. Mais des deux équipes inconstantes et marquées physiquement, c'est finalement la France qui sort victorieuse, au terme de trente minutes de prolongations (2-1) : les Bleues sont qualifiées pour les quarts de finale de "leur" Mondial. 

Un premier but refusé par la VAR

Attendues après deux prestations en demi-teinte face à la Norvège (2-1) et au Nigeria (1-0), les Françaises avaient pourtant réalisé une entame de match appliquée, notamment grâce à une grande Kadidiatou Diani, dont la pointe de vitesse mettait déjà la défense brésilienne à l'amende. L'attaquante du PSG était à l'origine d'une action conclue d'un but du haut de l'épaule par Valérie Gauvin (23e), mais finalement refusé par la VAR en raison d'une faute de la Tricolore. 

L'ambiance en prenait un coup au stade Océane, garni de plus de 20.000 spectateurs. Le niveau de jeu des Françaises aussi, le long recours à l'arbitrage vidéo semblant "casser" le rythme qui s'installait. La première période s'achevait sans le moindre tir cadré du côté des joueuses de Corinne Diacre. 

Une égalisation validée... par la VAR

Paralysées par l'enjeu, les Françaises ? Au retour du vestiaire, on croyait à un regain d'agressivité grâce à une nouvelle accélération de Diani pour Gauvin, qui transformait du plat du pied, sans faute cette fois (1-0, 52e). Mais moins d'un quart d'heure plus tard, la VAR faisait encore parler d'elle, pour valider un but brésilien de Thaisa sur une remise de la malheureuse Wendie Renard (1-1, 64e) : l'action avait d'abord été sifflée hors-jeu. 

Les Bleues retombaient alors dans leurs travers, entre fautes et imprécision dans les instants-clé, à l'image de l'absence totale de dangerosité d'Eugénie Le Sommer, qui ratait une vraie belle occasion en décroisant trop sa tête sur un coup-franc alors qu'elle se trouvait seule au deuxième poteau (72e). Les Brésiliennes multipliaient elles les occasions, se heurtant à une solide Sarah Bouhaddi, peu sollicitée lors des précédentes rencontres. 

Amandine Henry au bout du suspense

Dans des prolongations disputées par deux équipes marquées physiquement, le match aurait ainsi pu basculer en faveur de la Seleçao, et ce malgré la domination globale des Françaises. Mais, dos au mur, les Bleues ont su se montrer décisives à l'image, d'abord, de Griedge Mbock, auteure d'un sauvetage héroïque sur la ligne de but française, alors que sa gardienne était battue (105e). Puis d'Amandine Henry, auteure du tir de la délivrance à six mètres du but, sur un coup franc de Majri (2-1, 107e). 

Les Brésiliennes ne reviendraient pas : au bout du suspense, les Françaises emportent une victoire synonyme de qualification pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Et de rampe de lancement pour une phase finale où la prochaine rencontre pourrait les opposer aux Américaines, grandes favorites du tournoi ? La question reste plus que jamais entière, dimanche soir.