Comment vit-on plusieurs jours sur un bateau de la Route du Rhum ?

, modifié à
  • A
  • A
2:31
Partagez sur :
REPORTAGE - François Gabart a invité Europe 1 à bord de son trimaran Macif. Visite guidée et confidences de celui qui prend le départ dimanche.
VIDÉO

Bienvenue chez François Gabart ! Le navigateur s’apprête à prendre le départ de la mythique Route du Rhum, dimanche à Saint-Malo, et il a accepté d’ouvrir la "porte" de son bateau à Europe 1. "Ce n’est pas forcément simple de vivre sur un bateau parce qu’on va à fond la caisse ! On va très vite. Et sur le trimaran Macif, on ne va pas se donner de limites. Donc, il va falloir bien se tenir. C’est pour ça qu’on a un cockpit qu’on a voulu assez ergonomique", raconte le champion qui s'est volontiers prêté à l'exercice de la visite guidée face à la caméra de Corinne Boulloud, l'envoyée spéciale d'Europe 1 au départ de la Route du Rhum. 

>> Suivez la Route du Rhum sur Europe 1 et Europe1.fr grâce à Corinne Boulloud, envoyée spéciale

Dormir, manger... et surtout travailler. Pour dormir, François Gabart s'installe dans sa cabine mais sans lâcher les commandes de son bateau. "J’ai les taquets ici, donc je peux ramener toutes les écoutes du cockpit ici. Je les ai dans la main quand je dors. Et si jamais je dois me réveiller et intervenir rapidement, prendre la barre, choquer une écoute, il me faut quelques secondes… C’est le démarrage, c’est comme au 100 mètres sprint, il faut avoir un bon temps de démarrage ! Donc moi, il me faut un bon temps de réveil et une capacité à prendre des bonnes décisions tout de suite", confie-t-il. 

Manger est important pour ce sportif... mais sa "cuisine" est d'une toute petite taille. 'C’est juste un petit réchaud. Mais j’essaie d’ailleurs d’avoir une espèce de continuité entre ce que je mange à terre, ce qui me fait du bien, et sur le bateau pour ne pas perturber le corps, l’organisme", précise François Gabart.

Se sent-on tout petit sur un maxi-trimaran ? "Je ne suis pas si petit que ça, je touche le plafond ! C’est qu’il est à la bonne taille… Par contre, quand on est dans de la grosse mer, dans des grosses vagues, et que le bateau, il surfe dans les vagues, des fois le bateau paraît petit. Et on aimerait parfois avoir un peu plus de longueur pour paraître moins petit par rapport aux vagues !", reconnaît François Gabart.

Interview et images : Corinne Boulloud

Montage : Yann Hamon

Remerciements : François Gabart / Route du Rhum