"Comme une pizza dans un four" : chaleur extrême pour les Mondiaux d'athlétisme à Doha

  • A
  • A
Les Championnats du monde d'athlétisme vont se dérouler dans un stade climatisé.
Les Championnats du monde d'athlétisme vont se dérouler dans un stade climatisé. © AFP
Partagez sur :
Les Championnats du monde d'athlétisme, qui s'ouvrent vendredi à Doha, au Qatar, vont se dérouler dans la fournaise, avec des températures qui risquent de nuire aux performances des athlètes.
REPORTAGE

Les athlètes du monde entier vont-ils connaître l'enfer sur les pistes ? Initialement prévus en août, les Championnats du monde d'athlétisme débutent à Doha, vendredi, sous de très fortes températures, capables de déstabiliser les athlètes. 

25 degrés dans le stade, 40 en dehors

"La sortie de l'aéroport a été un choc pour beaucoup", raconte Patrice Gergès, patron des équipes de France. "On avait l'impression d'être une pizza qui rentre dans un four." Ce qui s'offre désormais à eux est un redoutable contraste, toujours difficile à gérer, entre la chaleur, liée également au taux d'humidité, et la climatisation, présente jusque dans le stade. Pas moins de 25 degrés sont prévus sur la piste et en tribune, contre 40 degrés en ressenti à l'extérieur.

" On a investi dans des vestes réfrigérantes, dans un congélateur et des glacières à transporter "

Du côté français, tout a été pensé pour tenter de contrecarrer les effets de la chaleur. "On a investi dans des vestes réfrigérantes, dans un congélateur ici à l'hôtel et des glacières à transporter", liste Patrice Gergès. Les risques d'angine pour les athlètes, avec des chaud et froid permanents, restent pourtant très forts.

Les favoris en danger ?

La situation sera encore plus délicate en dehors des enceintes modernes et climatisées. "L'athlète se retrouve à vouloir produire le même type d'efforts qu'il fait en temps normal, donc on peut avoir des malaises relativement importants", craint le médecin de l'équipe de France, Jean-Michel Serra. "Quoi qu'il en soit, ce sera sûrement un peu la loterie et il n'y aura peut-être pas les résultats avec les favoris attendus. On peut s'attendre à voir peut-être des surprises." 

Les conditions météorologiques extrêmes pourraient même avoir une incidence sur l'organisation de la compétition : une incertitude pèse sur le maintien, même en nocturne, du marathon féminin et du 50 km marche, dont le tenant du titre est le Français Yohann Diniz.

Europe 1
Par Corinne Boulloud, à Doha, édité par Thibaud Le Meneec