Athlétisme : l'entraîneur Giscard Samba, accusé de viol, suspendu six mois ferme

, modifié à
  • A
  • A
L'entraîneur est accusé d’un viol, en janvier 2017, par l’une de ses ex-athlètes. (Photo d'illustration)
L'entraîneur est accusé d’un viol, en janvier 2017, par l’une de ses ex-athlètes. (Photo d'illustration) © JOHN THYS / AFP
Partagez sur :
L'entraîneur Giscard Samba est suspendu six mois ferme par la Fédération, après l'ouverture d'une enquête pour viol et agression sexuelle à son encontre.

L'entraîneur Giscard Samba, accusé de viol par une ancienne athlète de son groupe, a été suspendu un an dont six mois ferme par la Fédération française d'athlétisme (FFA). Samba, qui fait l'objet d'une enquête du parquet de Créteil pour "viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel", est interdit de terrain et d'entraînement par la FFA, qui a confirmé l'information auprès de l'AFP. 

Une sprinteuse anonyme. Giscard Samba, âgé de 41 ans et entraîneur notamment des deux hurdleurs français Dimitri Bascou, médaillé de bronze aux JO 2016 sur 110 m haies, et Aurel Manga, 3ème des Mondiaux indoor sur 60 m haies en mars, est accusé par une ses anciennes sprinteuses, aujourd'hui âgée de 21 ans et qui souhaite rester anonyme, de faits qui se seraient déroulés entre "avril et juillet 2016", selon le parquet. La police judiciaire du Val-de Marne est chargée d'éclaircir l'affaire.

Une deuxième affaire. Samba, nommé "technicien de l'année" par la FFA en 2013, était passé devant la commission de discipline de la FFA le 15 mai. Devant le refus de la commission d'entendre les témoins présentés par son avocat et d'une confrontation entre la plaignante et le technicien, ce dernier avait quitté la séance, se contentant de remettre des documents écrits. L'affaire Samba avait été révélée par Le Monde en même temps que celle concernant Pascal Machat, ancien responsable national du demi-fond chez les jeunes. Machat est aussi visé par une enquête judiciaire du parquet de Fontainebleau, pour agression sexuelle, après une plainte déposée par l'athlète française Emma Oudiou. Il a été suspendu six mois ferme par la FFA et a fait appel, niant les faits qui lui sont reprochés.