Ligue des champions : PSG-Celtic, un choc… en tribunes

, modifié à
  • A
  • A
Supporters du Celtic (1280x640) Paul ELLIS / AFP
Les supporters du Celtic vont découvrir ou redécouvrir pour certains d'entre eux le Parc des Princes. © Paul ELLIS / AFP
Partagez sur :

Large vainqueur à l'aller (5-0), le PSG part favori face au champion d'Écosse, en visite mercredi au Parc des Princes avec ses fidèles supporters.

Le 12 septembre dernier, pour son entrée en lice en Ligue des champions, le PSG n'avait laissé aucune chance au Celtic Glasgow, balayé sur son terrain 5-0. Mais s'il n'y a pas eu de match sur le terrain, ce ne fut pas le cas en tribunes.

Malgré l'ampleur du score, les supporters du Celtic ont en effet continué d'encourager leur équipe à gorges déployées, faisant oublier l'entreprise inconsidérée d'un des leurs, un "streaker" qui avait essayé de donner un coup de  pied à Kylian Mbappé. De leur côté, les supporters parisiens, malgré quelques sièges arrachés, avaient inspiré le respect à leurs hôtes en encourageant leur équipe de bout en bout. Et la fin de match avait même donné lieu à de belles scènes de fraternisation entre supporters des deux camps.

Un peu plus de deux mois plus tard, les deux équipes se retrouvent mercredi au Parc des Princes pour le match retour, et avec elles, leurs supporters. Entre temps, ceux du Celtic ont décroché le mois dernier le prix de "meilleurs fans de l'année" décerné par la Fifa…

2.000 supporters du Celtic.La Fifa a tenu à récompenser le tifo réalisé en fin de saison dernière à l'occasion du 50ème anniversaire de la victoire du Celtic en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions aux dépens de l'Inter Milan, à Lisbonne (2-1).

Le Celtic a été salué pour ce tifo :

Les joueurs qui composaient cette équipe sont aujourd'hui connus comme les "Lions de Lisbonne" et leur souvenir est salué à chaque match à domicile, à la 67ème minute, à la date anniversaire, 1967. Cela fait partie aujourd'hui des incontournables du Celtic Park, avec le fameux "You'll never walk alone ("Tu ne marcheras jamais seul"), hymne magnifique connu pour accompagner également les joueurs de Liverpool.

Il n'y aura bien sûr rien d'aussi spectaculaire, mercredi soir, au Parc des Princes, car le règlement ne prévoit que 2.000 places de disponibles environ pour les spectateurs visiteurs. Mais les supporters des Vert et Blanc auraient facilement pu être trois voire quatre fois plus. Ceux qui n'auront pas la chance d'avoir un ticket assisteront à la rencontre dans les bars de Paris, dont le plus couru sera assurément le Harp Bar, situé dans le 18ème arrondissement de la capitale et qui abrite un club officiel de supporters du Celtic en France.

"Une seule et grand famille". "Le Celtic, c'est une seule et grande famille et vous pouvez vous en apercevoir quand les fans se réunissent pendant les matches", nous explique Steve Wilson, membre du French CSC, French Celtic Supporters Club, âgé de 38, dont 30 passés à supporter le Celtic. "Il y a toujours une superbe atmosphère autour des matches. Des générations entières s'y rendent avec une réelle bienveillance. Vous pouvez être un étranger dans une ville, mais si vous suivez le Celtic et que vous trouvez le bar des supporters, vous vous sentirez immédiatement comme chez vous. Nous avons plus de 160 clubs de supporters à travers le monde : New York, Singapour, Kuala Lumpur, Rio de Janeiro, Brisbane." Et Paris, bien sûr, donc.

Les supporters du Celtic les plus fervents - et les plus turbulents aussi - sont issus de la Green Brigade, l'un des rares groupes d'ultras outre-Manche, comme l'explique Franck Berteau dans son Dictionnaire des supporters. Créée en 2006, cette "brigade verte" reprend à son compte toute la mythologie autour du club, écossais certes, mais viscéralement attaché au voisin irlandais, comme le nom du club, l'omniprésence de la couleur verte et du trèfle le laissent entendre.

Le club a en effet été créé en 1887 (près d'un siècle avant le PSG, né en 1970) chez les immigrés irlandais de Glasgow. Il attire les catholiques et les opposants à la couronne britannique quand son grand rival des Glasgow Rangers, lui, plaît essentiellement chez les protestants et les unionistes. La "Green Brigade" a rapidement utilisé le stade comme un porte-voix de discours politique, notamment contre l'armée britannique, ce qui n'a pas été sans poser certains problèmes. Mais ces ultras amateurs d'animations et de tifos ont aussi contribué à raviver la flamme au "Paradise", le "Paradis", comme est surnommé le stade du Celtic.

"Avec des millions, vous pouvez acheter des joueurs mais vous ne pouvez pas acheter l'atmosphère d'authenticité et l'ambiance que la 'Green Brigade' aide à générer", insiste Steve Wilson. Un petit tacle au richissime PSG ? Peut-être, mais pas à ses "vrais fans", que salue Steve Wilson. "Je pense que nous apprécions les vrais fans du PSG, qui ont connu les heures moins glorieuses du club. Mais comme avec tous les clubs qui ont du succès, vous avez aussi de nouveaux fans qui, peut-être, ne sont pas si investis dans le club et son histoire mais davantage attirés par une équipe qui gagne avec de grands noms."

Que Steve se rassure, les supporters du Celtic retrouveront mercredi soir de "vrais fans" historiques du PSG, qui forment le noyau dur du Collectif Ultras Paris, qui anime aujourd'hui la tribune Auteuil. Il n'y a aucune garantie sur la qualité du match de mercredi soir sur le pré - l'écart entre les deux équipes semble bien trop grand -, mais dans les gradins, cela devrait être un sacré spectacle.

"Pour la bonne cause". Quand les supporters du Celtic peuvent joindre l'utile à l'agréable, ils ne s'en privent pas. C'est dans l'ADN même du club, fondé à la fin du 19ème siècle par un ecclésiastique afin de soutenir la communauté irlandaise de Glasgow.

"Le club et ses fans sont toujours partants pour aider les autres et défendre une bonne cause", souligne Steve Wilson. "Par exemple, à l'occasion de ce match au Parc des Princes, le French CSC travaille avec la Fondation du club sur un projet de levée de fonds pour une école à Grenoble qui accueille des enfants malades. Olivier Ntcham, Moussa Dembélé et Odsonne Édouard (ces deux derniers joueurs ont été formés au PSG, ndlr), nos trois joueurs français, ont donné des chaussures et des maillots et ont aidé à ce que ce projet puisse être monté. Nous vendons des tickets de tombola avec le soutien du Celtic afin que nous puissions faire du mieux possible pour aider un organisme ici, en France." Le Celtic, plus qu'un club.