Ligue des champions : revivez l'élimination du PSG par Manchester United

, modifié à
  • A
  • A
Kylian Mbappé et Thiago Silva ne peuvent cacher leur déception au coup de sifflet final.
Kylian Mbappé et Thiago Silva ne peuvent cacher leur déception au coup de sifflet final. © Franck FIFE/AFP
Partagez sur :
Le PSG, qui l'avait emporté 2-0 à l'aller sur le terrain de Manchester United, s'est incliné 3-1 sur sa pelouse mercredi. Il est éliminé de la Ligue des champions.
L'ESSENTIEL

Deux ans après l'épisode de la "remontada" (4-0, 1-6 face au Barça), le PSG vient de connaître un nouveau revers majuscule en Ligue des champions. Vainqueur 2-0 à Manchester il y a trois semaines, le PSG s'est incliné 3-1 avec, cerise sur le gâteau, encore un but dans le temps supplémentaire, cette fois après intervention de l'arbitrage vidéo. C'est sévère, c'est peut-être injuste par rapport au déroulement du match, mais Manchester United, lui, a parfaitement joué le coup...

PSG - Manchester United : 1-3

Buts : Bernat (12e); Lukaku (2e, 30e), Rashford (90e+4 sp)

Le point final : Manchester United se qualifie sur le fil ! Cela pendait au nez du PSG, maladroit. Les Red Devils ont bénéficié d'un penalty sur une frappe relativement anodine contrée par le bras de Presnel Kimpembe... après intervention de l'arbitrage vidéo ! Au bout de quelques minutes d'attente interminable, Rashford a transformé en force face à un Buffon impuissant (90e+4). Manchester United ne cédera rien dans la fin de match, après dix minutes de temps additionnel ! Le PSG a rarement réussi à se montrer dangereux dans cette deuxième période et le paie au prix fort. C'est une déconvenue énorme pour le club de la capitale, qui va devoir maintenant se contenter d'une quête de doublé domestique bien fade. PSG-Manchester United : 1-3

Le point à la 85e minute : le poteau pour Bernat ! Le PSG continue de pousser pour inscrire ce petit but qui rendrait sa fin de match bien plus tranquille. Mais Juan Bernat, encore lui, a vu son tir repoussé par le poteau droit de De Gea, après un duel perdu par Mbappé devant le gardien mancunien (84e). Quelques minutes plus tôt, c'est Meunier, bien plus efficace que Kehrer, qui avait inquiété le gardien espagnol, vigilant (82e).

Le point à la 80e minute : Paris n'y arrive pas. Le PSG ne parvient pas à se mettre à l'abri, malgré les efforts notamment de Mbappé. L'international tricolore est de toutes les situations chaudes, mais se montre parfois maladroit, à l'image de ce contrôle bien trop long (76e). À noter que Paredes s'est signalé d'entrée de jeu, et pas de la meilleure des façons, avec un tacle dangereux sur Andreas Pereira, qui ne lui a valu qu'un carton jaune (75e).

Le point à la 70e minute : ça devient irrespirable. Les deux équipes ne parviennent pas à se créer d'occasions. Le PSG reste le plus tranchant, mais les actions ne débouchent sur rien de concret. Thomas Tuchel a procédé à deux changements : Kehrer, à l'origine du premier but concédé, est remplacé par Thomas Meunier, alors que Leandro Paredes entre à la place de Julian Draxler, touché sur un coup.

Le point à la 60e minute : Di Maria y a cru, le PSG aussi. Il y a désormais assez peu d'occasions de but dans ce match. Mais le PSG en a eu une belle, à la 56e minute, quand Di Maria a lobé De Gea d'un petit piqué. Malheureusement pour les Parisiens, "ADM" était en position de hors-jeu au moment de la passe de Mbappé.

Le point à la 50e minute : des débats équilibrés. La deuxième période a repris avec deux équipes bien en place et des débats plus équilibrés. Mais, au fil des minutes, cela risque de se tendre sérieusement, Manchester étant, en l'état, éliminé et le PSG marchant sur un fil...

Le point à la reprise : pas de changement. Le jeu reprend avec les 22 mêmes acteurs, mais Thomas Tuchel ne devrait pas tarder à faire un peu de coaching, notamment derrière. À noter que Manchester a déjà procédé à un changement en première période avec la sortie d'Eric Bailly et l'entrée de Diogo Dalot.

Le point à la pause : sensation au Parc des Princes ! Manchester United, auquel les observateurs n'accordaient pas la moindre chance - et l'histoire des Coupes d'Europe guère plus -, mène 2-1 à la pause. En résumé : le PSG, vainqueur 2-0 à l'aller, n'a plus aucune marge et un nouveau but mancunien serait synonyme d'élimination pour le club de la capitale. Lukaku a profité de deux erreurs individuelles (Kehrer et Buffon) pour tout relancer dans cette double confrontation. Le PSG a le ballon mais pêche en attaque. Attention danger ! PSG-Manchester United : 1-2.

Le point à la 40e minute : le PSG en souffrance. Le club de la capitale a du mal à se remettre de ce deuxième but. Rashford, notamment, est un poison permanent. Le jeune international anglais est signalé hors-jeu alors que son enchaînement contrôle-tir n'avait pas abouti (36e). À noter que Di Maria a été averti (34e).

Le point à la 30e minute : Lukaku encore ! Incroyable ! Alors qu'ils étaient nettement dominés, les Red Devils reprennent l'avantage grâce à l'international belge, opportuniste après un ballon relâché à son poteau droit par Buffon sur une frappe de Marcus Rashford. Dans la minute précédente, le même Rashford avait fait passer un premier frisson dans les travées du Parc des Princes (29e). Le PSG paie cash ses erreurs, alors que Di Maria, d'un tir puissant, avait été tout près d'inscrire le deuxième but parisien (21e). PSG-Manchester United : 1-2

Le point à la 20e minute : le PSG totalement relancé. Après avoir été cueilli à froid, le PSG a rapidement repris les choses en mains et logiquement égalisé grâce à l'inévitable Juan Bernat, qui avait déjà été buteur à Naples et contre Liverpool (12e). Le latéral espagnol a profité d'un centre fort devant le but de Mbappé, omniprésent depuis le début de la rencontre. Moins de dix minutes plus tard, Bernat a été tout près de donner l'avantage au PSG sur un magnifique mouvement collectif, mais cette fois, son compatriote David De Gea a repoussé le cuir (20e).  PSG-Manchester United : 1-1

Le point à la 10e minute : Lukaku frappe d'entrée, le PSG sonné. Contre toute attente, Manchester United a ouvert le score sur sa première incursion dans le camp parisien. Et sur une (mauvaise) passe parisienne ! Bien mal inspiré, Thilo Kehrer a tenté de trouver Thiago Silva dans l'axe. Le Brésilien a été devancé par Romelu Lukaku. L'international belge a alors dribblé Buffon et marqué dans le but vide. Manchester mène 1-0. Le PSG, sonné, est parvenu tout de même à réagir et Mbappé a été tout près de reprendre le cuir sur un centre fort devant le but de Di Maria (7e). PSG-Manchester United : 0-1

Le point au coup d'envoi : le PSG en noir, les Red Devils en saumon. Manchester United, qui évolue dans un maillot clair, de couleur saumon, a donné le coup d'envoi. Le PSG joue dans son traditionnel maillot noir de Ligue des champions.

Le point météo : des hallebardes sur le Parc. À quelques minutes du coup d'envoi, il se met à pleuvoir très violemment sur le stade de la Porte d'Auteuil. De là à dire que la météo est anglaise...

L'avis de nos consultants : l'affaire est-elle déjà dans le sac ou non ? Avec deux buts d'avance, le PSG peut-il se faire surprendre ce soir ? Notre consultant Guy Roux pense en tout cas que les Red Devils ont un avantage. "Les conditions psychologiques sont du côté de Manchester : deux buts de retard, quatre absents, des jeunes", relève l'ancien coach de l'AJ auxerroise. "Ils sont dans la position du petit qui peut surprendre, c'est leur avantage. Pour le reste, c'est autre chose..."

L'ancien joueur du PSG Laurent Fournier pense au contraire que le club de la capitale n'a pas grand-chose à craindre. "Il y a une certaine maturité du côté du PSG. Quand on voit ce qu'ils sont capables de faire sans Neymar, sans Cavani, on sent qu'il y a une certaine cohésion dans l'équipe. La rapidité de Romelu Lukaku et de Marcus Rashford peut être un atout, mais il faudra que les Mancuniens jouent en équipe pour espérer mettre en danger le PSG."

Le point sur les compos : le PSG avec Buffon, Cavani sur le banc. Le PSG se présente avec la même équipe qu'au match aller, organisée en 4-2-3-1. En l'absence de Neymar, toujours forfait, et d'Edinson Cavani, de retour de blessure et sur le banc, Kylian Mbappé, auteur de six buts lors de ses cinq derniers matches, mènera l'attaque parisienne, avec Julian Draxler derrière lui. Sur les côtés, Angel Di Maria et Dani Alves seront chargés d'amener le danger. Derrière, le duo Verratti-Marquinhos est reconduit, avec une défense à quatre Kehrer-Thiago Silva-Kimpembe-Bernat. Gianluigi Buffon est titulaire dans le but. Du côté de Manchester, Solskjaer aligne une équipe avec une défense à trois, et deux latéraux capables de se projeter. Marcus Rashford et Romelu Lukaku sont alignés en pointe dans un 5-3-2 pouvant évoluer en 3-5-2.

Le point sur l'avant-match : une équipe de Manchester décimée. L'équipe de Manchester United que le PSG avait battue il y a trois semaines n'aura pas grand-chose à voir avec celle qu'il va retrouver mercredi soir. Non pas que les Red Devils jouent désormais comme des Diables, ce serait plutôt le contraire. Le coach norvégien Ole Gunnar Solskjaer va en effet devoir faire sans plusieurs joueurs majeurs. Paul Pogba, exclu à l'aller, Anthony Martial, Jesse Lingard, Nemanja Matic et Alexis Sanchez sont tous absents, sur suspension ou blessure. "C'est difficile, bien sûr", a convenu Solskjaer en conférence de presse mardi. "Mais si nous marquons les premiers, tout peut arriver." À noter que, dans l'histoire des Coupes d'Europe, seules 3% des équipes ayant perdu 2-0 à l'aller à domicile, ont réussi à se qualifier.

Le point sur l'avant-match : pas de spectre barcelonais. Évidemment, deux ans après la "remontada" subie face au Barça (4-0 à l'aller, 6-1 au retour), les Parisiens, vainqueurs 2-0 à Old Trafford il y a trois semaines, font assaut de prudence à l'heure des retrouvailles avec Manchester United. "Ce n'est pas bien de jouer avec la peur, mais ce n'est pas bien aussi de jouer avec trop de confiance", a insisté le coach, Thomas Tuchel, avant la rencontre. "Le défi est de rester calme et concentré sur notre objectif." A priori, le PSG n'a pas de raison objective de craindre son adversaire du soir.