11 matches en deux mois : le PSG peut-il tenir la distance ?

  • A
  • A
Partagez sur :
Les Parisiens sont lancés dans un marathon de matches jusqu’à fin février, avec en point d’orgue le huitième aller de Ligue des champions à Dortmund. Les chroniqueurs d’Europe 1 Sport ont débattu dimanche sur ce rythme infernal imposé au PSG.
LE DÉBAT

Le PSG n’a pas le temps de souffler. Les Parisiens, larges vainqueurs dimanche soir en Coupe de France à Linas-Monthléry (6-0 contre le club de sixième division), rejouent dès mercredi soir contre Saint-Etienne en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, avant de retrouver la Ligue 1 dimanche soir contre Monaco. Avec 11 matches jusqu’à fin février (voire plus s’ils se qualifient en coupes), les champions de France sont lancés dans un véritable marathon qui doit les mener jusqu’au huitième de finale aller de Ligue des champions, sur la pelouse du Borussia Dortmund, le 18 février prochain. Mais les hommes de Thomas Tuchel pourront-ils tenir ce rythme infernal ? Les chroniqueurs d’Europe 1 Sport en ont débattu dimanche soir autour de Lionel Rosso.

"S’ils ne sont pas capables de tenir le rythme avant Dortmund, ce serait incroyable"

"C’est une équipe qui a dépensé sans compter sur le marché des transferts. S’ils ne sont aps capables de tenir le rythme avant le match de Dortmund, avec la densité d’effectif qu’ils ont, ce serait incroyable. Ils ont de la marge en Ligue 1, et en plus ils ont un centre de formation avec des jeunes joueurs qui peuvent faire leur apparition", juge Nabil Djellit, qui ne s’inquiète pas pour les Parisiens.

"Il faudra surtout surveiller les joueurs clés pour bien les amener au top à Dortmund. Il faudra arriver dans des conditions optimales en Ligue des champions. Je n’ai aucun doute sur les capacités physiques du PSG pour être apte à Dortmund dans un mois et demi", estime le journaliste de France Football.

"Tuchel n’a pas envie de faire les mêmes erreurs que l’an dernier"

La question se pose avec d’autant plus d’acuité que Neymar a raté les huitièmes de finale de C1 les deux dernières saisons, à chaque fois à cause de blessures. "Tuchel n’a pas envie de faire les mêmes erreurs que l’an dernier, où Neymar et Mbappé jouaient même les ’petits matches’. Là il ne l’a pas fait (les deux stars étaient au repos dimanche soir, ndlr)", analyse Javier Prieto Santos, journaliste à So Foot.  

"On se souvient que Falcao (l’ancien attaquant de Monaco) avait raté une Coupe du monde en se blessant en Coupe de France. Ce n’est pas super pour le public, mais c’est la bonne décision à prendre", conclut notre chroniqueur.