Violences sexuelles : l'éditeur du jeu Fifa met fin à sa collaboration avec Pierre Ménès

, modifié à
  • A
  • A
Pierre Ménès est mis en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles.
Pierre Ménès est mis en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles. © Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Partagez sur :
L'éditeur du jeu de simulation de football Fifa, Electronic Arts (EA), a annoncé jeudi qu'il mettait fin "immédiatement" à sa collaboration avec le chroniqueur de Canal +, Pierre Menès, mis en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles.

Electronic Arts (EA), l'éditeur du jeu de simulation de football Fifa, dans lequel Pierre Ménès est l'un des commentateurs vedettes, a annoncé jeudi qu'il mettait fin "immédiatement" à sa collaboration avec le chroniqueur de Canal+ mis en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles. "Il est très important pour nous que le comportement de nos athlètes et de nos partenaires soit en accord avec les valeurs d'EA Sports Fifa. Suite aux actes de Pierre Ménès, nous mettons immédiatement fin à notre relation avec lui. EA n'intègrera donc pas les commentaires de Pierre Ménès dans Fifa 22, ni dans les versions ultérieures du jeu", a indiqué l'éditeur américain sur l'un de ses comptes Twitter.

Pas de changements sur les versions précédentes du jeu

Mercredi, EA avait indiqué qu'il examinait la suite à donner à sa collaboration avec le chroniqueur. En revanche, en ce qui concerne les versions précédentes du jeu, l'éditeur indique être sensible "aux désagréments que pourrait causer le retrait de ses commentaires dans le jeu actuel". Il précise aux joueurs qui "ne souhaitent plus entendre les commentaires de Pierre Ménès" qu'ils ont "la possibilité de mettre à jour leurs paramètres dans le jeu et sélectionner une autre langue parmi de nombreux choix".

Canal+ était accusée lundi d'avoir censuré un documentaire sur le sexisme dans le journalisme de sports pour protéger son chroniqueur Pierre Ménès, les passages le mettant en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles ayant été coupés de la version finale, selon le site Les Jours. Contactée, la chaîne s'est refusée à tout commentaire.