Une tête de cochon sur le chantier de la future mosquée de Bergerac

  • A
  • A
Ces dégradations ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi. (photo d'illustration)
Ces dégradations ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi. (photo d'illustration) © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :
Les murs de la mosquée en travaux de Bergerac ont été retrouvés lundi matin badigeonnés de sang animal, et une tête de cochon a été déposée à l'entrée. 

Une tête de cochon et du sang animal ont été retrouvés lundi matin à l'entrée du chantier contesté de la future mosquée de Bergerac, en Dordogne. "Le ou les auteurs ont badigeonné les murs avec du sang animal et ils ont mis une tête de porc découpée" sur la porte d'entrée du chantier, a indiqué Charles Charollois, vice-procureur à Bergerac, précisant que cela s'était passé "en quelques minutes".

Atteinte à la liberté de conscience

Ces dégradations ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi sur une des façades à l'extérieur du chantier. Les ouvriers y travaillant les ont découvertes lundi matin vers 7h30. "Ce chantier est contesté. Il y a eu des recours administratifs et juridiques pour le mettre en échec, donc il y a plusieurs pistes à vérifier", a développé Charles Charollois.

Dans un communiqué, le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat, a "dénoncé et condamné fermement ces actes qui portent atteinte à la liberté de conscience et d'expression des cultes et sont contraires aux principes de la laïcité". Il a également appelé "au respect mutuel dans le cadre du pacte républicain qui doit nous unir". L'enquête a été confiée au commissariat de Bergerac. Selon le parquet de Bergerac, des dégradations sur un édifice affecté au culte constitue une "dégradation aggravée", passible de sept ans de prison.