Une magistrate mise en examen pour avoir épousé son ex-compagnon... à son insu

, modifié à
  • A
  • A
1:19
© AFP
Partagez sur :
Une juge francilienne, séparée de son concubin, est accusée de s’être mariée avec lui sans son consentement en fournissant de faux documents afin de l'empêcher de refaire sa vie. Elle et ses complices présumés ont été mis en examen après leur placement en garde à vue, selon les informations d'Europe 1.
INFO EUROPE 1

Un mariage en guise de divorce. C'est la vengeance froide d'une magistrate des Hauts-de-Seine, dont le couple a volé en éclats après des années de vie commune. Selon les informations recueillies par Europe 1, elle a été placée en garde à vue puis mise en examen en décembre dernier notamment pour "faux et usage de faux en écriture publique ou authentique". Ses complices présumés, dont sa fille, sont également poursuivis par la justice.

Un complice s'est fait passer pour son ex devant le maire

Ancienne conseillère justice auprès d'une ministre il y a quelques années, la juge de 58 ans n'aurait pas supporté d'apprendre que son compagnon, avocat, l'avait quittée pour la sœur de cette ministre. Elle aurait alors décidé d'empêcher son ancien concubin de refaire sa vie, en l'épousant à son insu.

En fournissant de faux papiers, la magistrate a réussi à se marier en toute légalité en mars 2019 à Saint-Denis de La Réunion, où elle était alors en fonction. Devant le maire, elle a donc dit "oui" à un complice, qui s'est fait passer pour l’ex-compagnon de la juge.

Mais quelques semaines plus tard, elle est à nouveau mutée dans les Hauts-de-Seine, où vit toujours son ancien concubin. Dans le microcosme judiciaire, l’annonce de leur récent mariage s’est propagée jusqu’aux oreilles de l’intéressé qui n’était au courant de rien. L’avocat est alors tombé des nues en découvrant qu’il était officiellement marié, sans jamais avoir consenti à cette union.

Poursuivie pour "faux et usages de faux"

La justice a donc ouvert une enquête et saisi la direction centrale de la police judiciaire, à Nanterre. La juge ainsi que sa fille et le complice qu’elle a épousé sous l’identité de son ex-conjoint ont été placés en garde à vue le 11 décembre dernier, selon les informations recueillies par Europe 1. À l’issue de 48 heures d’interrogatoires, ils ont été déférés devant le procureur qui a ouvert une information judiciaire. L’affaire ne pouvant pas être instruite dans les Hauts-de-Seine car la magistrate visée y est en poste, le dossier a été dépaysé au tribunal de Versailles où le trio a été mis en examen.

La juge est notamment poursuivie pour "faux et usage de faux en écriture publique ou authentique" et "obtention et usage de faux documents administratifs par personne dépositaire de l’autorité publique". À ce stade, sa qualité de magistrate n'a pas été retenue pour la première infraction qui lui est reprochée. Elle risque pour l'heure un renvoi devant le tribunal correctionnel où elle encourrait une peine maximale de 10 ans de prison et 150.000 euros d’amende, selon l’art. 441-4 du code pénal. En attendant d'être jugée, la magistrate a été placée sous contrôle judiciaire et suspendue de l’exercice de ses fonctions. 

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par Laetitia Drevet