Trois recettes pour voyager bien au-delà de 100 km

  • A
  • A
Et si vous réalisiez vos propres gyozas maison ?
Et si vous réalisiez vos propres gyozas maison ? © Marion Sauveur/Europe 1
Partagez sur :
L'épidémie de coronavirus et les mesures de confinement prises partout dans le monde vous ont obligé à annuler des vacances à l'autre bout de la planète ? Notre journaliste Marion Sauveur vous propose trois recettes pour faire, au moins, voyager vos papilles. 

Les frontières ne sont toujours pas franchissables à pied, mais rien n'interdit de les traverser en cuisine. Alors que l'épidémie de coronavirus a contraint de nombreux Français à repousser des projets de voyage à l'étranger, Europe 1 vous propose trois recettes qui satisferont les envies d'ailleurs de vos papilles, en attendant de pouvoir à nouveau arpenter le monde. Direction l'Asie, l'Italie et l'Argentine. 

Des gyozas japonais

En entrée, on réalise des gyozas : des raviolis japonais. Pour cela, on commence par réaliser la pâte à ravioles : on mélange de la farine (200g) avec de l’eau bouillante (15cl). On amalgame avec une fourchette, pour ne pas se brûler. Puis on forme une grosse boule et on laisse reposer 1 heure à température ambiante. 

Ensuite, on passe à la farce. On mélange du poulet (escalopes coupées en petits dés ; environ 200g) avec du chou chinois (130g), du gingembre (en tous petits morceaux, 20g) et de l’ail (1 gousse, petits dés). On ajoute de la sauce soja (1 cuillère à soupe), de l’huile de sésame (1 cuillère à soupe), quelques graines de sésame, du sel, du poivre. On mélange bien. 

Il faut ensuite découper la pâte en petites boules (de 10 grammes). Un peu de fécule de pomme de terre sur le plan de travail : c’est une astuce pour que la pâte ne colle pas. On étale alors chaque petite boule de pâte, avec un rouleau à pâtisserie, on les farine une à une pour les faire patienter et qu’elles ne collent pas entre elles. 

On met une cuillère de farce au centre des disques de pâte, on humidifie le bord et on plie la pâte en deux, comme pour former un chausson. Reste maintenant à griller les gyozas d’un côté, dans une poêle avec un peu d’huile, pendant deux-trois minutes. On ajoute un verre d'eau, et on laisse finir de cuire : les gyozas sont prêts lorsque la pâte commence à être translucide et que l'eau s'est évaporée.

Deux petites astuces : s'ils ne sont pas encore cuits, il ne faut pas hésiter à ajouter un autre verre d'eau. Et rien n'interdit de les cuire plutôt quelques minutes dans l'eau bouillante, ou dans un bouillon. Il ne reste qu'à servir, avec des baguettes, de la sauce soja et quelques graines de sésame pour apporter un peu de croquant. 

Des gnocchis italiens

En plat, on vous propose de faire des gnocchis, ces petits pâtons de pommes de terre italiens. Pour cela, on cuit des pommes de terre (1kg), avant de les éplucher encore chaudes dans un torchon pour ne pas se brûler. Et on les réduit en purée. 

Si on n'a pas de moulin à légumes, on utilise un robot : il faut une purée très fine pour réaliser les gnocchis. Sans robot, vous pouvez écraser vos pommes de terre à la fourchette. 

gnocchis

© Marion Sauveur/Europe 1

On ajoute la farine (250g), on mélange avec une fourchette, l’oeuf entier (1), du sel, du poivre. On mélange, avant de fariner son plan de travail et de former un boudin (de 2 cm de diamètre) pour découper des gnocchis (de 2 à 3 cm de longueur). On les saupoudre de farine (100g) et on les dépose sur un torchon fariné (50g). On laisse reposer 15 minutes avant de les cuire dans l’eau bouillante salée. 

Ils vont remonter très vite à la surface (2-3 minutes). On les fait ensuite revenir dans une poêle, où l'on a fait fondre du beurre (50g). On ajoute un peu d’eau de cuisson, et de la sauge (ou du basilic si vous préférez). Un délice ! 

Un Dulce de leche argentin

C'est une version latino de notre confiture de lait ! On commence par faire chauffer le lait entier (850g) avec le sucre (250g) et de la vanille (demi gousse) dans une grande casserole. A feu moyen, et surtout sans quitter la casserole des yeux. On remue, on remue et si le lait monte, on baisse la chaleur du feu. Il faut attendre jusqu’à ce que le lait prenne une couleur de caramel au lait. C’est à ce moment-là qu'on ajoute le bicarbonate de soude (4g) : ça va permettre d’obtenir une couleur bien caramélisée. 

dulce

© Marion Sauveur/Europe 1

Si vous n’avez pas de bicarbonate de soude, vous pouvez remplacer par de la levure. On arrête alors la cuisson, et on n'a plus qu’à tartiner ce Dulce de leche sur du pain... et demain le reste sur des gaufres ! On peut aussi l'utiliser dans un yaourt, ou au fond d'un bol, avec un riz au lait par dessus pour un dessert gourmand. 

Europe 1
Par Marion Sauveur