Jura, Haute-Saône, Doubs : nos bons plans pour visiter la Franche-Comté

, modifié à
  • A
  • A
La chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamps, entre Vesoul et Belfort en Haute-Saône.
La chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamps, entre Vesoul et Belfort en Haute-Saône. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Chaque jour de l'été, Europe 1 vous fait découvrir une nouvelle région. Ce mardi : les grands espaces naturels du Jura et de la Haute-Saône, mais aussi les horlogeries du Doubs. Notre chroniqueur Jean-Bernard Carillet vous propose une petite visite guidée de Franche-Comté.

Ce mardi, Europe 1 vous emmène en Franche-Comté. Cette région culturelle et historique de l'est de la France est connue pour son calme naturel et ses balades en forêt. Une bonne façon pour certains touristes de couper pendant les vacances, le temps d'une semaine ou plus, du train-train quotidien des grandes villes. Mais que visiter dans la région ? Dans l'émission Et si on partait, mardi sur Europe 1, notre chroniqueur Jean-Bernard Carillet, auteur pour le guide Lonely Planet, vous propose un petit itinéraire sur mesure.

Les savoir-faire traditionnels du Doubs 

"Le Doubs, c’est un département dans lequel on fabrique. Dans le Doubs, il existe de nombreux savoir-faire traditionnels à découvrir. C’est assez bien organisé. Sur place, j’ai découvert l’existence d’un réseau qui s’appelle Made in Chez Nous, qui regroupe un certain nombre d’entreprises, qui ouvrent leurs portes au public pour leur faire découvrir leurs savoir-faire d’exception. Les domaines sont nombreux entre ceux de l’industrie, l'agro-alimentaire, l'artisanat et des métiers atypiques.

Il y a une forte tradition horlogère à Besançon, et ce savoir-faire m’a toujours fasciné. Utinam, à Besançon, est par exemple une fabrique horlogère où l'on peut observer les artisans qui assemblent les montres dans l’atelier. Minutie, sens du détail, on dirait de la haute couture. Après tout c’est un produit du terroir, comme le comté !

On peut même se mettre dans la peau d’un horloger en s’initiant à ce savoir-faire avec un professionnel. Pour cela on participe à des ateliers d’une à trois heures, encadrés par un maître horloger. On découvre le monde de l’infiniment petit, l'assemblage de pièces avec des cotes au dixième, voire au centième de millimètre près. On peut ensuite échanger avec le maître horloger et certains exercent leur talent depuis 30 ans.

Visiter le Jura en train

Pour partir à la découverte du Jura, il n'y a rien de mieux que le train. Il existe une ligne ferroviaire très spéciale, qui s’appelle la Ligne des hirondelles. Ce n’est pas un petit train touristique mais une ligne TER régionale qui traverse le Jura de Dole à Saint-Claude, 123 km de voyage entre plaines et montagnes.

Le voyage est lent, tranquille, on a le temps de savourer le paysage, et quel paysage ! On passe par la forêt de Chaux, les vignobles du Jura, la vallée de Grandvaux, un col à 948 m d’altitude... Le parcours est truffé de tronçons impressionnants avec des vues imprenables et plein de viaducs et de tunnels à traverser.

Découvrir la Haute-Saône, un département méconnu

La Haute-Saône est un département largement méconnu. Mais on a tort de se moquer. Côté nature, le Plateau des Mille Étangs est l’un de mes coins de France préférés quand j’ai besoin de déconnecter. Pour y accéder c’est toute une petite aventure. J’ai pris la route au départ de Luxeuil-les-Bains, des petites routes de compagne vous conduisent à ce paradis naturel adossé aux premiers contreforts des Vosges. L'endroit est fascinant, envoûtant même avec des étangs, des prairies, des landes, des tourbières… C'est un mélange d’Irlande, d’Ecosse et de Scandinavie. Arrivés là-bas, n’oubliez pas vos chaussures de marche. C’est à pied que ce paradis vert dévoile ses secrets grâce à six circuits de randonnée accessibles à tous.

Côté culture, ne passez pas à côté d'un site d’architecture contemporaine que j’aime beaucoup, c’est la chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamps, entre Vesoul et Belfort. En m’approchant, j’avais l’impression d’être face à un vaisseau spatial échoué sur une colline avec cette architecture déconcertante et inédite. La construction en béton armé, de façades de chaux blanches et de clocher en forme de gros cylindre est signée Le Corbusier. J’ai vraiment aimé ce côté à la fois futuriste et décalé, en pleine nature."

Europe 1
Par Jean-Bernard Carillet