Réforme du lycée : la "spé" maths choisie par 64% des élèves de Seconde

  • A
  • A
Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer.
Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Les élèves n'ont pas fait le choix d'une filière (Littéraire, Economique et Social, Scientifique) pour la Première, mais de trois spécialités, en vertu de la nouvelle réforme du lycée.

Les élèves de Seconde, qui seront les premiers à connaître la réforme du lycée en septembre, ont été 64% à choisir la spécialité "mathématiques" pour la classe de Première, tandis que la physique et les SVT ont été demandés respectivement par environ 40% d'entre eux.

Une réforme contestée

Lors des conseils de classe de fin d'année, les élèves n'ont pas fait le choix d'une filière (Littéraire, Economique et Social, Scientifique) pour la Première, mais de trois spécialités, en vertu de la réforme du lycée mise en place à la rentrée prochaine. Cette réforme a notamment pour but de mettre fin à la prédominance de la série scientifique, considérée comme la voie royale, et de créer des parcours choisis par les lycéens en fonction de leurs goûts et leurs ambitions.

Les professeurs grévistes qui ont retenu les copies du bac s'y opposent, jugeant notamment les moyens mis en oeuvre insuffisants. Autre grief : la disparition des maths en tant que discipline à part entière du tronc commun.

Les maths en tête

Les choix définitifs publiés vendredi par le ministère de l'Education montrent que 26,1% des élèves ont pris la combinaison maths-physiques-SVT, ce qui est "très en dessous des 55% d'élèves qui faisaient S jusqu'ici", a indiqué le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, dans un entretien au Parisien. La spécialité mathématiques arrive nettement en tête des demandes : elle est choisie par 64% des Secondes. Viennent ensuite la physique-chimie (43,5%), les sciences et vie de la terre (SVT) (42,2%), puis les sciences économiques et sociales (37,9%), l'histoire-géo, géopolitiques et sciences politiques (33,4%).

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP