Réchauffement climatique : "La Méditerranée va concentrer tous les événements extrêmes"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le bassin méditerranéen est en première ligne face aux conséquences désastreuses du changement climatique. Ces bouleversements demandent une forte capacité d'adaptation à l'homme, a rappelé mardi le climatologue Robert Vautard, sur Europe 1.
INTERVIEW

Au lendemain de la publication d'un rapport alarmant du Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur la nécessaire limitation du réchauffement climatique, au risque de "changements profonds voire irréversibles" sur la planète, c'est la Méditerranée qui est au cœur des préoccupations, avec l'ouverture mardi à Montpellier d'une conférence internationale sur les risques encourus dans cette région du monde.

Climat : prenez 1 minute pour découvrir le rapport choc de l'ONU

Des pluies plus intenses, mais moins fréquentes. "La Méditerranée va concentrer tous les événements extrêmes, comme les précipitations intenses, les sécheresses, les vagues de chaleur et la montée du niveau des mers", juge Robert Vautard, climatologue, directeur de recherches au CNRS et invité d'Europe 1 mardi matin. "Il y a des chiffres très clairs : on parle de 20% d'augmentation des pluies intenses, même si le cumul total diminue, particulièrement en hiver. On a les deux extrêmes qui se produisent."

Si on veut arrêter ce phénomène, on doit réaliser de très grandes transformations dans tous les secteurs

Face à ces épisodes à risques, les populations vont devoir à la fois "atténuer le changement climatique, limiter la hausse des températures" et "s'adapter, parce qu'on n'échappera pas à un certain réchauffement climatique". Selon le chercheur, cette nécessité de s'adapter va aussi frapper les espèces végétales, touchées directement par le cycle de l'eau.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"Drogués au carbone-fossile". "Si on veut arrêter ce phénomène, on doit réaliser de très grandes transformations dans tous les secteurs", insiste Robert Vautard. "C'est un petit peu comme si on était drogués au carbone-fossile, au pétrole, au gaz… Il faut se sevrer. Mais dans tout sevrage, il y a des mauvais aspects mais aussi des bons : quand on arrête de fumer, on peut retrouver l'odorat et la santé. Là, on a besoin de cette santé pour la planète."