Prisons : un "projet d'accord présenté dans la matinée" aux syndicats

, modifié à
  • A
  • A
Les discussions menées mercredi ont échouées, selon une source syndicale.
Les discussions menées mercredi ont échouées, selon une source syndicale. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
Une source du ministère de la Justice a annoncé que des "rencontres bilatérales" auront lieu jeudi. 

La Chancellerie recevra à tour de rôle jeudi matin les syndicats pour leur présenter "un projet d'accord" au onzième jour d'une mobilisation massive des surveillants de prisons, a-t-on appris auprès du ministère de la Justice.

"Rencontres bilatérales". "Ce seront des rencontres bilatérales", a-t-on précisé de même source, sans préciser la teneur des propositions. Jeudi matin, les blocages reprenaient dans les établissements pénitentiaires, en dépit des menaces de sanctions demandées la veille par l'administration pénitentiaire.

Encore plusieurs blocages. Les blocages ont repris dans quelques prisons jeudi matin. Selon la CGT et l'Ufap-Unsa (majoritaire), des discussions bilatérales avec le ministère de la Justice se sont tenues mercredi soir sans aboutir. A Fleury-Mérogis dans l'Essonne, le plus grand centre pénitentiaire d'Europe, une barricade de palettes et pneus a été montée devant l'entrée de la maison d'arrêt des hommes par la trentaine de surveillants présents. Une assemblée générale est prévue tôt dans la matinée pour évoquer les propositions faites par le ministère mercredi soir et avant le rendez-vous au ministère de la Justice, a assuré sur place un surveillant pénitentiaire. La prison de Nanterre était quant à elle totalement bloquée par une trentaine d'agents rassemblés. Dans l'établissement de Réau en Seine-et-Marne, les agents ont "déposé les clés", a annoncé Martial Delabroye, de FO, précisant que "les grévistes sont à l'intérieur, mais personne n'a pris le travail". A Nice, la situation était tendue jeudi matin où l'intersyndicale bloque à nouveau la maison d'arrêt.