"Paris libéré !" : la capitale fête dimanche le 75e anniversaire de sa Libération

  • A
  • A
Il y a 75 ans, Paris était libérée de l'occupation nazie.
Il y a 75 ans, Paris était libérée de l'occupation nazie. © AFP
Partagez sur :
Plusieurs cérémonies sont prévues dimanche à Paris pour célébrer le 75e anniversaire de la Libération. 

"Paris! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! Libéré par lui-même". La célèbre apostrophe du général de Gaulle, prononcée le 25 août 1944, sera dans toutes les têtes dimanche lorsque la capitale fêtera le 75e anniversaire de sa Libération.

La Ville de Paris a prévu plusieurs cérémonies symboliques et militaires pour célébrer ce "moment décisif et exaltant", selon la maire Anne Hidalgo, que fut l'expulsion en août 1944 des troupes allemandes, 1.500 jours après avoir hissé la croix gammée en haut de la Tour Eiffel.

Le "défilé de la liberté"

C'est justement au pied du célèbre monument que les festivités vont débuter à 12 heures dimanche en l'honneur des six sapeurs-pompiers de Paris qui avaient monté les escaliers de la dame de fer sous le feu ennemi pour remplacer l'étendard nazi par le drapeau tricolore.

À 15 heures, une cérémonie d'hommage à la 2e division blindée est prévu à la Porte d'Orléans, au sud de la capitale, là-même où le général Leclerc et ses hommes sont entrés dans Paris le 25 août 1944. Elle sera suivie d'un "défilé de la liberté" jusqu'à la place Denfert-Rochereau, la mairie invitant Parisiens et touristes à y participer "habillés selon la mode vestimentaire de l'époque". Habitants et commerçants du quartier sont, eux, encouragés à décorer balcons et terrasses aux couleurs tricolores, comme ce fût le cas à la Libération.

Un nouveau musée consacré à l'Occupation

C'est également place Denfert-Rochereau, au-dessus du QG du colonel Rol Tanguy, chef des Forces françaises de l'intérieur (FFI) d'Ile-de-France, qu'ouvrira officiellement dimanche un nouveau musée consacré aux quatre années d'occupation nazie et la semaine d'insurrection qui y mit fin. Il devrait pouvoir contribuer davantage au travail de mémoire que celui ouvert de 1994 à 2018 sur la dalle de la gare Montparnasse et qui n'a jamais dépassé les 14.000 visiteurs annuels.

D'autres événements littéraires et musicaux rythmeront la journée qui se terminera avec la projection dans les salons de l'Hôtel de Ville de La Traversée de Paris, le film de Claude Autant-Lara avec Jean Gabin, Bourvil et Louis de Funès.