"On va faire du remplissage" : les assistantes maternelles en grève contre l'obligation de s'inscrire en ligne

  • A
  • A
Enfance nounous assistante maternelle 1:49
Les assistantes maternelles protestent contre une inscription obligatoire en ligne pour leurs disponibilités. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Mobilisées contre une disposition du projet de loi de financement de la Sécurité sociale qui doit les obliger à s'enregistrer en ligne pour que leurs disponibilités soient plus visibles pour les parents, les assistantes maternelles en grève dénoncent un véritable "flicage". 
REPORTAGE

Les assistantes maternelles sont en colère. Mardi, elles ont décidé de faire grève pour protester contre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, qui prévoit de grosses modifications dans leur fonctionnement au quotidien. Elles dénoncent un "flicage" puisqu'elles devront s'enregistrer sur un site spécifique et surtout indiquer leurs disponibilités au jour le jour pour faciliter la vie des parents. Devant la CAF de l'Ain, à Bourg-en-Bresse, une vingtaine d'entre elles se sont rassemblées dans la matinée.

Elles dénoncent "du self-service"

"On veut nous obliger à remplir nos disponibilités, sur telle out telle période dans la journée, pour pouvoir faire un taux de remplissage maximum parce que les parents ont des soucis pour faire garder leurs enfants", explique Sandrine Bertin, porte-parole du mouvement. "En prime, on nous met une pression en disant que si on ne rentre pas nos disponibilités, on nous supprime notre agrément."

C'est cet agrément, délivré par les services départementaux de la Protection maternelle infantile qui les différencie notamment des nounous, qui n'ont pas de diplôme spécifique pour exercer leur activité.

" On aura des enfants qu'on ne connaît pas, qui pourront arriver à n'importe quelle heure, n'importe quel jour "

Avec cette loi, les assistantes maternelles craignent de devenir la variable d'ajustement des parents. "On aura des enfants qu'on ne connaît pas, qui pourront arriver à n'importe quelle heure, n'importe quel jour", dénonce Sandrine Sidibé, assistante maternelle à Bourg-en-Bresse depuis quinze ans. "On est à la disposition des parents. 'Madame Sidibé Sandrine, deux heures, tel jour ? On va aller faire les courses'. On sonne, on pose le gamin et on repart. On va faire du remplissage, c'est du self-service."

Pas encore reçues par la CAF

S'il s'agit d'un mouvement national, les assistantes maternelles grévistes de Bourg-en-Bresse font signer une pétition et essayent de sensibiliser les parents. La direction de la CAF de l'Ain a pour l'instant refuser de les recevoir pour évoquer leurs revendications.

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, à Bourg-en-Bresse, édité par Thibaud Le Meneec