On a retrouvé le chômeur conseillé par Macron : "venez avec moi chercher du travail", lui répond l’intéressé

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Au micro de la matinale de Nikos Aliagas sur Europe 1, le jeune chômeur qui a interpellé Emmanuel Macron pendant les Journées du patrimoine avoue avoir peu goûté les conseils du président de la République.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Leur échange a fait le buzz tout le week-end. Samedi, Jonathan Jahan, jeune chômeur qui cherche du travail dans l'horticulture, a interpellé Emmanuel Macron sur sa situation, dans les jardins de l'Elysée, à l'occasion des Journées du patrimoine. Le chef de l'Etat lui a conseillé, un peu sèchement, de se tourner vers un secteur qui recrute davantage. "Il y a des tas de métiers, il faut y aller ! Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue et je vous en trouve", lui-a-il lancé. Un conseil abondement commenté et qui passe plutôt mal auprès de l'intéressé. 

"Je l'ai eu un peu en travers de la gorge". "Je ne m'attendais pas à le croiser au départ. J'ai pris une photo avec lui, je lui ai serré la main et puis je me suis dit : c'est le moment où jamais de lui poser la question", raconte Jonathan Jahan, joint par Europe 1. "Mais ce qu'il a dit n'est pas normal. Je l'ai eu un peu en travers de la gorge, j'avais envie de lui dire : dans ce cas-là, venez avec moi en chercher !", raconte ce jeune homme de 25 ans.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Les bars et les restaurants de Montparnasse. Emmanuel Macron l'a notamment invité à aller frapper à la porte des bars et restaurants qui sont autour de la gare Montparnasse, un quartier de Paris notamment réputé pour ses crêperies et ses nombreux cinémas. "Vous faites une rue là, vous allez à Montparnasse […] vous faites la rue avec tous les cafés et les restaurants... Franchement, je suis sûr qu'il y en a un sur deux qui recrute en ce moment. Allez-y", lui a conseillé le chef de l'Etat. "Il n'y a pas de problème, s'il y a du boulot, qu'il m'accompagne jusqu'à Montparnasse ! Je vais faire l'essai dans la semaine, on verra par la suite", explique encore Jonathan Jahan.

"Je me lève à 6 heures pour chercher du travail". "J'ai déjà travaillé dans la restauration, j'ai déjà fait de la plonge", indique-t-il. "Aujourd'hui, j'envoie des CV et je reçois des lettres et des lettres de refus. Je me lève le matin et je me dis : 'pourquoi je me lève à 6 heures pour aller chercher du travail alors que je sais la réponse'. Malgré tout je le fais quand même", poursuit le jeune homme. "Je ne fais pas ça pour faire le buzz, je fais ça pour savoir ce qu'il en est par rapport à l'emploi", assure-t-il, avant de glisser, amer : "Et je vois que ça n'avance pas…"

Les horticulteurs se mobilisent. Toutefois, la discussion qu'a eu Jonathan Jahan avec le président de la République, mais surtout les remous suscités sur les réseaux, pourraient bien l'aider à débloquer sa situation. Le président de la Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP) a en effet indiqué lundi à Franceinfo  avoir reçu de nombreuses offres d'emplois à son attention. "On s’est transformé en Pôle emploi ! Donc, on appelle ce jeune chômeur à se mettre en contact avec nous ", a-t-il déclaré, tout en rappelant que l'horticulture restait un secteur assez fragile avec 5.000 emplois perdus en sept ans.