Oeufs de poules en batterie : 68% des poules pondeuses élevées en cage, selon L214

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Nouvelle vidéo choc à l'appui, l'association de défense ses animaux L214 assure que 68% des poules pondeuses sont élevées en cages.
INFO EUROPE 1

L'association L214, qui milite pour le bien-être animal et l'abolition de la consommation de viande, a délivré une nouvelle vidéo choc dimanche. Elle y épingle un élevage de 140.000 poules en cage en Bretagne. L'association porte plainte pour mauvais traitements auprès du tribunal de grande instance des Côtes d’Armor.

Des cages de poules empilées sur deux mètres de haut. Sur cette vidéo de 3'20 présentée par Stéphane Bern, on découvre des cages remplies des poules mortes ou déplumées et laissées là depuis plusieurs jours pour certaines, tandis que des milliers d’autres bien vivantes s’entassent derrière les grillages. On trouve environ seize poules environ au mètre carré. Des centaines de cages de ce type s’empilent dans le hangar sur deux mètres de haut, sur plusieurs dizaines de mètres de large.

"Ces œufs de poules élevées en cages représentent 68% des poules pondeuses". Des pratiques totalement illégales que dénonce Brigitte Gantière, la cofondatrice de l’association L214, au micro d'Europe 1. "Il y a des aménagements qui sont aujourd'hui obligatoires et qui ne sont pas présents. Comme cette aire de picotage et de grattage qui devrait permettre aux poules d'au moins pouvoir gratter le sol. Ces œufs de poules élevées en cages représentent 68% des poules pondeuses. Elles restent dans ces cages pendant plus d'un an et ensuite elles sont envoyées à l'abattoir".

Les œufs de cet élevage se retrouvent ensuite, comme souvent, dans les rayons des supermarchés et dans les produits transformés, comme les pâtisseries. Il devient alors impossible de vérifier leur traçabilité. Certains industriels comme Nestlé, Daucy et Sodexo, se sont déjà engagés à ne plus utiliser d’œufs de poules élevées en cage d’ici 2025.

Les œufs en coquille représentent "moins de 50% de la totalité de consommation". L’association L214 demande désormais demande au gouvernement d'interdire tout élevage de poules pondeuses en batterie d'ici 2025 et lance une pétition à cet effet. Elle souligne par ailleurs que "l'immense majorité des supermarchés s'y est déjà engagée (d'ici 2020 ou 2025)" et affirme que les volumes d’œufs de table vendus en supermarchés comptent "pour moins de 50% de la totalité de la consommation d’œufs en France".

Un chiffre presque en phase avec les dernières données dont dispose le Syndicat national des industriels et professionnels de l’œuf (SNIPO), qui chiffre à 50% les achats d’œufs coquilles par les ménages français, à 38% les œufs utilisés pour fabriquer des ovoproduits et à 8% les œufs utilisés dans la restauration.