Naufrage du "Grande America" : Gironde et Charente-Maritime en "pré-alerte"

  • A
  • A
Pour se préparer à la pollution provoquée par le naufrage du "Grande America", deux départements français sont en "pré-alerte". © LOIC BERNARDIN / MARINE NATIONALE / AFP
Partagez sur :

Alors que la nappe d'hydrocarbures provenant du "Grande America" pourrait toucher les côtes françaises dans trois à quatre jours, les départements de la Gironde et de Charente-Maritime sont en "pré-alerte".

Les départements de Gironde et de Charente-Maritime ont placés leurs services en "phase de pré-alerte", pour anticiper la possible pollution des côtes par la nappe d'hydrocarbures échappée du navire italien "Grande America" qui a sombré au large de La Rochelle, ont annoncé jeudi les préfectures.

Des côtes touchées dans trois à quatre jours. "Cette phase comprend la préparation et le prépositionnement des moyens anti-pollution nécessaires, et l'organisation des opérations de reconnaissance à venir", soulignent les préfecture selon lesquelles les côtes "pourraient être touchées par l'arrivée de la nappe dans un délai de trois à quatre jours".

Le "Grande America" a sombré avec des matières dangereuses et 2.200 tonnes de fioul lourd dans ses soutes à "180 milles (320 km) à l'ouest des côtes de la Charente-Maritime", rappellent les département dans un communiqué. Les reconnaissances aériennes ont décelé "une nappe d'hydrocarbures d'une dizaine de kilomètres de long et d'un kilomètre de large formée à hauteur de l'épave du navire", selon la même source.

Des mesures antipollution en cours de déploiement. Le préfet maritime de l'Atlantique, le vice-amiral d'escadre Jean-Louis Lozier, a ordonné l'appareillage depuis Brest du navire spécialisé dans la lutte antipollution BSAA Argonaute. Il est attendu sur zone jeudi matin, avait annoncé mercredi soir la préfecture maritime, indiquant avoir également sollicité le concours des moyens de lutte antipollution de l'Agence européenne pour la sécurité maritime (EMSA).

"Selon nos prévisions, des fragments pourraient atteindre certaines zones des côtes de Nouvelle-Aquitaine d'ici dimanche ou lundi, du fait d'une météo particulièrement défavorable, qui risque par ailleurs de rendre plus délicates les opérations de dépollution en mer", a déclaré dans un communiqué dans la nuit le ministre de l'Ecologie, François de Rugy.

L'État fait tout pour "réduire l'impact" de cette pollution. Celui-ci a assuré jeudi sur BFMTV que l'État faisait tout pour "réduire l'impact" sur les côtes de la pollution aux hydrocarbures. "Il y a un risque, il faut donc tout faire pour le réduire et réduire l'impact d'une pollution sur nos côtes", a-t-il déclaré. François de Rugy se rendra à Brest dans l'après-midi, a indiqué le ministère.