Mosquée prise pour cible à Bayonne : "C'est très dur pour la communauté"

  • A
  • A
Le suspect, âgé de 84 ans et placé en garde à vue du chef de "tentative d'assassinats", a reconnu être l'auteur des tirs. 1:35
Le suspect, âgé de 84 ans et placé en garde à vue du chef de "tentative d'assassinats", a reconnu être l'auteur des tirs. © AFP
Partagez sur :
Quelques heures après l'attaque contre la mosquée de Bayonne, fidèles et habitants se sont recueillis toute la soirée, entre stupeur et colère. 
REPORTAGE

À la nuit tombée, alors que la police filtre l'accès à la mosquée de Bayonne, la stupeur se lit toujours sur les visages. Lundi après-midi, le bâtiment a été pris pour cible par un homme de 84 ans qui a d'abord tenté d'incendier la porte de la mosquée, avant de s'en prendre à deux fidèles en leur tirant dessus. Quelques heures après les faits, habitants fidèles et habitants du quartier se sont recueillis toute la soirée. 

"C'est très dur pour la communauté, je suis sûr qu'il avait la volonté de tuer", avance Abdelatif Boutatif, président de l'association musulmane locale. "C'est un acte isolé, mais je suis vraiment choqué", ajoute cet ancien rugbyman au micro d’Europe 1. Un acte qui n'a pas été commis "par un fou" selon Omar, qui connaît les deux victimes gravement blessées par balles de 74 et 78 ans par cet ancien candidat FN. "C'est un acte terroriste !", affirme-t-il. "Nous, on est là pour prier, pas pour autre chose". À côté de lui, Achraf tient un discours qui emprunte le même champ lexical : "Je pense qu'il avait préparé son attentat". 

"Chacun sa religion, mais que cela se fasse dans le respect"

Alors que les voisins de ce quartier répètent à qui veut l'entendre qu'il n'y a jamais eu aucun problème lié à la mosquée, Patchi est venu déposer un bouquet de fleurs devant l'entrée du bâtiment blanc : "On n'est pas vraiment proche de la communauté musulmane, on est venu déposer quelques fleurs parce que ça nous paraît normal. Chacun sa religion, mais que cela se fasse dans le respect", explique-t-il.

En attendant la fin des constatations judiciaires qui ont conduit à la fermeture de la mosquée, la mairie de Bayonne a mis à la disposition des fidèles une salle pour qu'ils puissent se retrouver et prier. Quant au suspect, il a été rapidement interpellé après faits et a reconnu en garde à vue être l'auteur des coups de feu. 

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Ugo Pascolo