Marseille : "À ce stade, les causes de l'effondrement des immeubles ne sont pas établies"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le procureur de la République de Marseille a estimé mercredi qu'il était "prématuré" de désigner des responsables dans l'effondrement de plusieurs immeubles lundi matin à Marseille. 

Les premiers éléments de l’enquête ouverte après l’effondrement de plusieurs immeubles à Marseille lundi matin ne permettent pas à ce jour de déterminer les causes de la catastrophe. "À ce stade, les causes de l’effondrement de ces immeubles ne sont pas établies, et on ignore lequel des deux immeubles a entraîné l’effondrement", a déclaré mercredi en conférence de presse le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux.

Premières auditions des locataires. Quelque 85 agents de la police judiciaire de Marseille sont mobilisés sur cette enquête, ouverte des chefs d’"homicides et blessures involontaires". Ils ont mené de premières auditions d’habitants, de témoins, d’experts et de représentants d’un syndic de copropriété et de Marseille Habitat. Des locataires du bâtiment situé au 65 rue d’Aubagne ont rapporté avoir appelé les pompiers la veille et durant la nuit précédant la catastrophe. Une locataire a notamment signalé l’élargissement d’une fissure dans son appartement, tandis que deux autres habitants n’arrivaient plus à ouvrir ou fermer leur porte. "Les enquêteurs ont pu recueillir des témoignages selon lesquels l'immeuble avait bougé avant son éboulement", a poursuivi Xavier Tarabeux.

" Il est prématuré d'imputer des responsabilités "

 

Tous les travaux ont-ils été effectués ? Cet immeuble, frappé depuis le 19 octobre dernier d’un arrêté de péril imminent, présentait des "fissures inquiétantes", avait relevé un expert, sommant alors de réaliser des travaux. Si certains travaux ont bien été effectués le jour même, "à ce stade de l’enquête, on ignore si les autres travaux ont été réalisés", a souligné le procureur. Les enquêteurs doivent ainsi déterminer si des mesures ont bien été prises pour assurer la solidité de l’immeuble et la sécurité des habitants et des passants, et ainsi établir la chaîne de responsabilités dans ce drame. Mais il est toutefois "prématuré de pouvoir établir et imputer des responsabilités pénales" à ce jour, a insisté Xavier Tarabeux.  

"Les recherches se poursuivent". Un expert-architecte a par ailleurs été mandaté par le procureur afin de reconstituer l’historique des deux bâtiments écroulés, tous deux datant de la fin du 18ème siècle. Il donnera son avis également sur les causes de l’effondrement. À ce jour, six victimes ont été découvertes sous les décombres et trois ont été identifiées. Il s’agit de locataires du n°65. "Les recherches se poursuivent pour retrouver d’autres victimes", a fait savoir le procureur, malgré les conditions périlleuses dans lesquelles les marins-pompiers avancent à tâtons parmi les gravats. "Il est possible que nous retrouvions d’autres personnes" sous les décombres, a prévenu Xavier Tarabeux, rappelant que les travaux de déblaiement seront "longs et délicats".

Europe 1
Par Mathilde Belin