Loire-Atlantique : un festival annule un concert de Bertrand Cantat

  • A
  • A
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :
La venue du chanteur en festival à saint-Nazaire a été désapprouvée par plusieurs personnes, dont le maire de la ville de Loire-Atlantique.

Le Festival "Les Escales" de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique a annoncé lundi l'annulation d'un concert de Bertrand Cantat prévu fin juillet, après que le maire de la ville s'est opposé publiquement à la venue de l'ex-chanteur de Noir Désir, selon un communiqué.

Une invitation désapprouvée "par plusieurs personnes". "Celui que nous invitions c'était le chanteur, qui de Noir Désir en passant par Detroit et Amor Fati, a contribué à écrire l'histoire du rock français. Son dernier disque nous avait convaincus par sa qualité artistique et musicale", écrit Gérard Chabaud, le directeur du festival dans ce communiqué. L'invitation, prévue pour le 29 juillet, a été désapprouvée par "plusieurs personnes, des sphères publiques et privées", précise-t-il. Le maire (PS) de Saint-Nazaire, David Samzun, avait notamment exprimé sa "totale désapprobation quant à la programmation de ce concert", dans une lettre ouverte publiée vendredi. "Dans ce contexte, nous avons donc pris la décision d'annuler la venue de Bertrand Cantat", indique Gérard Chabaud. "Nous sommes attachés à ce que le festival reste un espace de convivialité où la mixité, le vivre ensemble et les valeurs humanistes restent au coeur de notre projet", ajoute-t-il.

Nouvelles accusations de violence en décembre. Début décembre, Bertrand Cantat a fait l'objet de nouvelles accusations de violences rapportées par Le Point mais contestées par le chanteur et ses anciens partenaires de Noir Désir, au moment où sortait son premier album solo Amor Fati. Bertrand Cantat avait été condamné à huit ans de prison pour avoir tué sa compagne, l'actrice Marie Trintignant. Elle avait succombé à ses coups après une violente dispute. Il a purgé quatre ans de prison avant de bénéficier d'une libération conditionnelle en 2007. Son contrôle judiciaire a pris fin en 2011.