"Les gens devenaient fous" : Michel-Edouard Leclerc se souvient des craintes de pénuries

  • A
  • A
michel edouard leclerc 2:04
Michel-Edouard Leclerc publie "Les essentiels de la République, comment la Covid-19 a changé la consommation des Français" © Europe 1
Partagez sur :
Le patron de supermarchés Michel-Edouard Leclerc publie "Les essentiels de la République, comment la Covid-19 a changé la consommation des Français". Un an après les ruées des Français dans les rayons de papier toilette, il revient au micro d'Anne Roumanoff sur cet évènement qui a ponctué l'angoissante actualité du mois de mars 2020.
INTERVIEW

Dans son livre Les essentiels de la République, comment la Covid-19 a changé la consommation des FrançaisMichel-Edouard Leclerc raconte comment la crise du Covid-19 a transformé le secteur de la grande distribution et la société française dans son ensemble. Invité de l'émission Ça fait du bienle patron de supermarchés se souvient de la panique injustifiée qui a pris certains Français en mars 2020, les poussant à se ruer sur les rayons de pâtes et de papier toilette par peur de pénurie.

"Quelques jours avant le premier confinement, c'était vraiment n'importe quoi", se souvient Michel-Edouard Leclerc, qui ajoute que cela a parfois été "très méchant". "Il y avait d'ailleurs beaucoup d'actes d'incivilité, même si nous les minimisons dans les médias", révèle-t-il. "Dans la réalité, c'était chaud. Il y a des gens qui devenaient fous en allant chercher du papier toilette."

"Le service public peut être efficace quand il veut"

Michel-Edouard Leclerc se rappelle des esprits qui s'échauffaient à l'entrée et dans les magasins, au point que ses équipes ont parfois dû mettre des agents de sécurité autour de certains rayons. Mais ce n'est que lorsqu'il a dû aller dire sur le plateau du JT de France 2 qu'il n'y avait pas de risque de pénurie qu'il a perçu "la tension" liée au virus.

"On nous a mis un thermomètre sur le front en entrant, tous les caméramans avaient des masques. Et nous, on n'en avait pas. Ni pour nous, ni pour nos caissières, ni dans les magasins", compare-t-il. "Là, je me suis dit que le service public peut quand même être efficace quand il veut." Il comprend alors l'atmosphère de crise qui règne. "C'est là que j'ai senti qu'il fallait vraiment mettre le holà et expliquer aux Français qu'il y avait des stocks chez Panzani et chez Lustucru pour jusqu'à l'été." Michel-Edouard Leclerc multipliera ensuite les vidéos en ce sens.

Europe 1
Par Alexis Patri