Le Nord placé en "alerte sécheresse" jusqu'au 30 juin

  • A
  • A
© MICHEL GANGNE / AFP
Partagez sur :
Le département du Nord est placé "en alerte sécheresse", a indiqué mardi la préfecture, imposant plusieurs mesures de restriction de l'utilisation de l'eau pour les particuliers, professionnels et collectivités, valables jusqu'au 30 juin.

Seule une petite partie du territoire, autour du delta de l'Aa, n'est pas concernée et seulement placée en "vigilance". Le reste du département du Nord est placé "en alerte sécheresse", a indiqué mardi la préfecture, imposant plusieurs mesures de restriction de l'utilisation de l'eau pour les particuliers, professionnels et collectivités, valables jusqu'au 30 juin.

L'arrêté de la préfecture du Nord interdit notamment l'arrosage des pelouses et des jardins de 9h à 19h, le remplissage des étangs ou piscines privées ou le lavage des voitures en dehors des centres spécialisés qui recyclent l'eau.  "Pour les industriels, l'objectif est de tendre vers une réduction de consommation d'eau de l'ordre de 10 %" et, "pour les agriculteurs, l'arrêté vise des économies d'eau en interdisant l'irrigation entre 11h et 17h", précise la préfecture dans un communiqué. "Le Nord connaît depuis 2017 des déficits pluviométriques importants" et, alors que l'hiver permet normalement la "recharge des nappes phréatiques", il a présenté cette année "un déficit pluviométrique de 20 % par rapport à la normale", explique ce communiqué.

"Un niveau aussi bas peut faire apparaître des risques divers majeurs"

De plus, le mois de février a été particulièrement sec, doux et ensoleillé et la pluviométrie est restée "insuffisante" au mois de mars. Le département présente donc "un seuil d'étiage historiquement bas et les éventuels événements pluvieux ou orageux ne sont pas de nature à améliorer rapidement la situation", juge la préfecture. "Un niveau aussi bas peut faire apparaître des risques divers majeurs : les polluants éventuellement rejetés en rivière sont alors plus concentrés, les risques liés au manque d'oxygène et à l'augmentation de la température de l'eau mettent en péril les écosystèmes aquatiques, le manque d'eau peut impacter les usagers et les industries du département", alerte-t-elle.

Par ces mesures, le préfet souhaite donc "anticiper toute dégradation supplémentaire du niveau des nappes", préserver "l'état quantitatif et qualitatif de la ressource" et "retarder l'éventuel renforcement des mesures" au cours de l'été. L'année dernière, l'alerte sécheresse n'avait été déclenchée qu'au mois de juillet.