Avec l'Arbre à vent, une start-up veut généraliser l'éolienne des villes

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La strat-up New World Wind a développé un système permettant de produire de l'énergie en ville grâce au vent. "Imaginez un tronc, des branches et chaque feuille contient un mini-générateur qui, agité par le vent, se met à produire de l’énergie", explique le fondateur sur Europe 1.

Non, la production d'énergie éolienne n'est pas réservée qu'à la campagne. Jérôme Michaud-Larivière, fondateur de New World Wind, a développé l'Arbre à vent, un système éolien pour produire de l'électricité en ville. "L’idée était de toucher le cœur des villes, là où se concentre la population la plus nombreuse. 75% de la population mondiale vit en milieu urbain ou péri-urbain", explique-t-il au micro de Raphaëlle Duchemin sur Europe 1, qui se trouvait à Bordeaux vendredi à l'occasion du World Impact Summit.

La solution pour concrétiser cette idée de départ lui est venue en se promenant dans les allées du jardin du Luxembourg, à Paris, "un jour d'été", alors qu'ils faisait "très, très chaud" et qu'ils n'y avait "pas de vent du tout". "Les petites feuilles vibraient sur leurs tiges", se souvient-il. Jérôme Michaud-Larivière a alors pensé à un moyen de "recueillir l'énergie" produite par ce mouvement des feuilles sur les arbres.

Un arbre pour alimenter un foyer de quatre personnes

C'est ainsi qu'est né l'Arbre à vent : "Aujourd’hui, des arbres sortent de terre. Imaginez un tronc, des branches et chaque feuille contient un mini-générateur qui, agité par le vent, se met à produire de l’énergie." Le système permet de "sortir 63 watts par feuille", ce qui, "multiplié par 30 ou 35", offre "énormément de puissance". Une puissance qui permet d'alimenter en électricité un foyer de 125 mètres carrés et quatre personnes, assure l'entrepreneur.

>> De 13h à 14h, La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

D'après Jérôme Michaud-Larivière, il "était important de renouer un lien avec le moyen de production, étant donné qu’il était rompu avec les grandes centrales". Et pour cela, "il fallait quelque chose de très beau, élégant, silencieux et efficace". C'est le pari qu'il se réjouit d'avoir relevé aujourd'hui. Et ce n'est pas terminé : "On a rajouté des pétales solaires aux pieds des feuilles. Nous allons terminer ce projet avec un système racinaire, qui va ajouter une troisième source d’énergie thermale. On n’aura plus d’intermittence, on aura trois sources renouvelables qui vont se cumuler", annonce le fondateur de New World Wind.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau