La mère de la petite Serena, élevée dans un coffre de voiture, jugée à partir de lundi

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Déjà mère de trois enfants, cette femme a réussi à cacher sa grossesse et l'existence de sa fille à ses proches pendant deux ans. Jugée aux assises de Tulle, elle est notamment poursuivie pour violences sur mineurs ayant entraîné une infirmité permanente.

Elle avait été retrouvée par hasard dans le coffre de la voiture de sa mère, en octobre 2013, à l'âge de deux ans. Serena n'en était pas sortie depuis sa naissance. Le procès de sa mère s'ouvre lundi devant la cour d'assises de Tulle. Cette femme est poursuivie pour violences sur mineurs ayant entraîné une infirmité permanente, privation d'aliments et de soins au point de compromettre la santé d'un mineur et dissimulation à l'état civil.

"Il y avait un bruit dans le coffre". Maria-Rosa a longtemps considérée son bébé comme un chose, jusqu’à son premier sourire, à dix-huit mois, a-t-elle avoué. Elle a élevé Serena à l'insu de tous, dans le coffre de sa voiture. C'est là que le bébé a été découvert, fortuitement, par un garagiste. "Dès que l'on a rentré le véhicule dans l'atelier, on s'est aperçu qu'il y avait un bruit dans le coffre. Ça grattait, ça gémissait", raconte à Europe 1 Guillaume, le mécanicien qui a découvert Serena. "J'ai demandé à la dame si elle avait un animal ou autre. Elle m'a dit : 'non, c'est l'un des jouets de mes enfants qui a dû s'allumer'", rapporte-t-il encore.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Nu, blanc, la peau sur les os". "Ça a fait tilt de suite. […] Je me suis dit, elle a peut-être puni l'un de ses enfants. On a ouvert le coffre et on a découvert la petite", poursuit le garagiste. Serena gît alors nue dans ses langes souillées, et entourée de petits jouets. "On a vu un enfant complètement nu, blanc, la peau sur les os et qui ne tenait pas sa tête. Elle était posée sur des sacs-poubelle avec ses excréments, dans un état difficile à décrire". La fillette souffre de graves problèmes de développement et de malnutrition.

La mère de la petite Serena, élevée dans un coffre de voiture, jugée à partir de lundi

Un déni de grossesse absolu. Hormis deux caissières au supermarché, personne n'avait remarqué la quatrième grossesse de Maria-Rosa. Aucun voisin, pas même son mari. Celui-ci a d'ailleurs bénéficié d'un non-lieu, l'enquête ayant montré que sa femme avait réussi à lui cacher la naissance de ce quatrième enfant. D'après une expert gynécologue, la mère aurait fait un déni de grossesse absolu, suivi d'un déni d'enfant.

"Un mensonge, un gouffre". "Je n'ai pas pu en parler. Le jour de l'accouchement, je n'ai rien dit à personne, le lendemain non plus, le troisième jour non plus et ainsi de suite. Je me suis enfermée dans un mensonge, un gouffre", avait confié Maria-Rosa dans un entretien accordé à TF1 en 2013. Ses trois grossesses précédentes avaient déjà été compliquées, mais cette femme était décrite comme une mère aimante pour ses trois aînés. Devant les enquêteurs, elle a reconnu l'essentiel des maltraitances sur sa fille, qui gardera des séquelles à vie.

Europe 1
Par Salomé Legrand, édité par Romain David