Kofi Yamgnane publie les lettres racistes qu’il a reçues : "Je suis un témoin de la haine"

  • A
  • A
Kofi Yamgnane 4:06
Kofi Yamgnane en 2010. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
L'un des premiers élus noirs de France, Kofi Yamgnane publie vingt ans plus tard "Mémoires d’outre-haine", ouvrage dans lequel il rend public les lettres racistes qu’il a reçues lors de son élection à la mairie d'une petite commune du Finistère. À la veille de la semaine dédiée à l’éducation contre l’antisémitisme et le racisme, l’homme politique franco-togolais dit sur Europe 1 vouloir œuvrer pour le vivre-ensemble.
INTERVIEW

Élu maire de Saint-Coulitz, petite commune du Finistère, en 1989, Kofi Yamgnane devenait à l’époque un des premiers élus noirs en France. En 1991, l’homme politique franco-togolais sera nommé même secrétaire d'État à l'Intégration de François Mitterrand. Trente ans plus tard, il publie Mémoires d’outre-haine (éditions Locus Solus). Sous forme de contes, il revient sur son parcours : sa naissance au Togo en 1945, son arrivée en France pour ses études, puis sa carrière politique et l'obtention de la nationalité française en 1975. 

"Musée des horreurs"

Kofi Yamgnane rend également public les lettres qu’il a reçues lors de son élection comme maire de Saint-Coulitz. Des lettres d'une violence inouïe qu'il appelle son "musée des horreurs". "Je voulais témoigner devant les Français de ce que notre société, devenue si violente et si excluante, était capable de produire. Je suis juste un témoin de la haine", a-t-il confié dimanche sur Europe 1, à la veille de la semaine dédiée à l'éducation contre l’antisémitisme et le racisme.

"Je n'avais pas imaginé un seul instant qu'un Français, chez lui, était capable de sortir son stylo, d'aller chercher un bout de papier, de prendre une enveloppe, de m'écrire et d’aller à la poste pour envoyer à 'Monsieur noir, maire de Saint-Coulitz'. J'ai trouvé ça tellement étrange que je voulais témoigner de cela", développe Kofi Yamgnane. "Je cherche à comprendre comment un homme ou une femme, parce qu'il est blanc ou qu'elle est blanche, de nationalité française, avec une carte d'identité, peut penser qu'il est supérieur à des millions d'autres hommes sur la Terre parce qu'ils n'ont pas la peau blanche ? Je n'arrive pas à comprendre."

"L'avenir de notre planète est dans le métissage"

Dans son livre, Kofi Yamgnane insiste également sur la notion de réconciliation, veut "apporter une pièce à l'édifice du mieux vivre ensemble" et faire passer un message à la jeune génération sur qui il pose un regard plein d’espoir. "Quand je vois cette jeunesse française, le cœur sur la main, qui part aider les gens qui n'ont pas leur chance, je trouve ça merveilleux. Je crois que l'avenir de notre planète est dans le métissage racial, culturel et scientifique. Nous mourrons des frontières géographiques, religieuses, idéologiques. Il faut mettre fin à tout ça", selon Kofi Yamgnane.

Europe 1
Par Léa Leostic