"Je ne me vois pas comme un héros", raconte l'un des héros de l'attentat du Thalys

, modifié à
  • A
  • A
Alek Skarlatos Thalys 1:04
Alek Skarlatos assiste au procès qui se tient à Paris. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
En 2015, un terroriste tentait de commettre un massacre dans un wagon du Thalys. Son procès s'est ouvert en début de semaine et les passagers ont eu l'occasion de raconter leur version de l'attaque. Alek Skarlatos, l'un des trois militaires qui a désarmé l'assaillant revient au micro d'Europe 1 sur son acte.

Alek Skarlatos, ne se "voit pas comme un héros". Pourtant, il est l'un des trois militaires américains qui a désarmé le terroriste lors de l’attentat du Thalys. La première semaine du procès de cette attaque, perpétrée le 21 aout 2015, s'est achevée vendredi à la Cour d'Assises spéciale de Paris avec les témoignages d'une partie des passagers qui ont empêché le terroriste de perpétrer un massacre à bord du train. Alek Skarlatos, ancien miliaire de l'infanterie américaine, est ainsi revenu sur son acte héroïque. 

"On a juste fait ce qu'on avait à faire pour survivre"

"Notre première réaction de vouloir l'arrêter, est juste due au fait que nous étions sur la même longueur d'onde sans même devoir se parler", considère Alek Skarlatos. Une réactivité et un savoir faire qu'il attribue à leur passé commun de militaires. "Je pense que notre entrainement militaire a pu jouer quand on regarde ce qui s'est passé avec le recul. Surtout avec la manière dont on a réagi et géré les armes. Je ne me vois pas comme un héros. On a juste fait ce qu'on avait à faire pour survivre", poursuit-il. 

Selon lui, si quelqu'un mérite d'être qualifié de héros, c'est Spencer Stone. "C'est probablement un héros, car il est le premier à s'être levé, nous avons été impliqués seulement parce qu'il avait besoin de notre aide", estime-t-il. "Si on avait été dans un café, à côté d'une issue de secours et qu'un terroriste était entré, l'histoire aurait peut être été différente, je ne sais pas", conclut Alek Skarlatos. 

Europe 1
Par Gwladys Laffitte édité par Guilhem Dedoyard