Inscriptions sur Parcoursup : derniers jours avant la date limite

  • A
  • A
lycée, lycéens crédit : MARTIN BUREAU / AFP- 1280
Les lycéens ont encore quelques jours pour s'inscrire sur Parcoursup © MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Mardi à 18 heures, les inscriptions sur la nouvelle plateforme Parcoursup seront closes. Mais avec ce nouveau système, les lycéens ne savent pas toujours s'y retrouver.

Plus que quatre jours pour que les futurs bacheliers, et les étudiants en réorientation, inscrivent leurs vœux pour l'année prochaine sur la nouvelle plateforme Parcoursup. Et parmi les nouveautés de cette plateforme, la lettre de motivation, qui angoisse de nombreux lycéens.

La lettre de motivation, point noir des candidatures. Après les ratés de la campagne d'inscription de l'an dernier, qui a marqué la fin de la plateforme Admission Post-Bac, les élèves sont plutôt angoissés. Un nombre de vœux réduits, des réponses au coup par coup et des compétences "attendues" pour certaines filières, les nouveautés sont nombreuses sur Parcoursup et l'une d'entre elle stresse particulièrement les lycéens : la lettre de motivation.

"On n'a pas vraiment de cours au lycée pour savoir les choses à ne pas faire et celles à faire", déplore Morgane, élève en Terminale L, au micro d'Europe 1. "On n'a pas le même langage que les adultes et si on essaie d'avoir un langage soutenu, on a peur de se tromper, de faire des fautes de formulation".

Le secret : parler de soi. Pour Clothilde Hannoteau, coach en orientation, l'important est surtout d'éviter une lettre "creuse". Pour rédiger une bonne lettre de motivation, il faut "essayer de mettre en avant et en valeur ce qui n'est pas dans les bulletins scolaires, c'est-à-dire parler de soi, de son potentiel, de ses atouts", détaille la professionnelle.

"Et il faut surtout illustrer ce qu'on dit avec des exemples. Trop de lettres sont creuses. Vous avez été délégué de classe ? C'est à souligner. Vous avez fait les portes ouvertes [de l'établissement visé] ? Il faut en parler..." Autres conseils : montrer qu'on est intéressé par cette formation et pas par une autre, qu'on est motivé et dire si on a rencontré un étudiant, par exemple. Il est également recommandé de bien se renseigner sur l'école et les matières. Mais rédiger une bonne lettre de motivation ne suffit pas, il faut aussi avoir les compétences requises.

Plus de sélection mais des "pré-requis". Si la sélection a été supprimée à l'entrée de l'université, un système de "pré-requis" demeure. Les filières non-sélectives (licences générales à l'université) précisent sur la plateforme les acquis et compétences estimés nécessaires pour réussir dans telle ou telle voie. Et les candidats devront obligatoirement suivre un parcours d'accompagnement si leur profil ne correspond pas à ce qui est réclamé. Les enseignants pourront appuyer ou non ces choix. Professeurs et chefs d'établissement vont remplir une fiche baptisée "Avenir", en donnant leur avis sur les vœux inscrits par les élèves.

Mettre en place une stratégie d'acceptation des vœux. Un maximum de dix vœux peut être formulé et jusqu'à 20 sous-vœux (les licences informatiques délivrées dans plusieurs universités sur un même territoire par exemple). Contrairement à l'an dernier, les vœux ne doivent plus être classés par ordre de préférence. Auparavant, les vœux qui se trouvaient après la première réponse positive étaient automatiquement annulés. Avec cette nouvelle procédure, il faudra accepter la proposition d'admission temporaire (s'il ne s'agit pas de la candidature favorite) tout en indiquant clairement qu'on souhaite conserver un ou plusieurs souhaits en attente.

Test grandeur nature à partir du 22 mai. Les réponses commenceront à tomber le 22 mai et le processus se fera au fil de l'eau, et non à dates fixes comme l'an dernier. Le ministère a pour objectif qu'au moins deux-tiers des réponses tombent avant les épreuves écrites du bac qui démarrent le 18 juin. Ce sera alors l'heure de vérité pour cette nouvelle plateforme. Si le système s'engorge et que des dizaines de milliers de candidats se retrouvent sans proposition ou en attente, Parcoursup pourrait être au final aussi mal-aimée qu'APB.

Toujours la possibilité de poser des questions

En cas de questions de dernière minute, il est encore possible d'envoyer sa requête via la rubrique contact de son dossier personnel sur la plateforme, ou appeler le numéro vert de Parcoursup (0 800 400 070), ouvert samedi et dimanche de 10 heures à 16 heures.

Quant à ceux qui ne sont pas encore fixés sur les formations qu'ils souhaitent intégrer, le Salon de l'Étudiant se tient jusqu'à dimanche soir à Paris-Porte de Versailles.