Inondations dans l'Aude : "Il va falloir se poser des questions", estime une hydrologue

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invitée d'Europe 1, Emma Haziza s'est interrogée sur les moyens qui auraient pu être employés pour prévenir les habitants de l'Aude des inondations qui allaient frapper le département, dans la nuit de dimanche à lundi. 
INTERVIEW

Que peut-on faire face à des pluies torrentielles, frappant subitement une localité précise du territoire ? C'est la question qui se pose alors qu'au moins dix personnes ont trouvé la mort dans les inondations survenues dans l'Aude, lundi. Invitée d'Europe 1, l'hydrologue Emma Haziza, présidente du Centre de recherche Mayane sur la gestion des risques inondations, a jugé que le système français, déjà bien rodé, pouvait cependant encore être amélioré. 

 

Matinale spéciale en direct de Villegailhenc, mardi sur Europe 1

De 7h à 9h, Nikos Aliagas recueillera les témoignages des habitants, des secouristes et des élus, ainsi que les réactions des auditeurs depuis ce village de l'Aude, durement touché par les inondations.

Un risque "extrêmement connu". "On est face à un risque d'épisode méditerranéen qui est extrêmement connu", a estimé la spécialiste, rappelant que des pluies avaient déjà touché le bassin du Minervois la semaine dernière. "C'est ce qui explique la réaction plus vive, plus forte, car le territoire était déjà saturé en eau. L'effet de ruissellement a été plus immédiat", a-t-elle expliqué. "On a des habitants qui nous racontent qu'ils sont situés à plusieurs kilomètres du cours d'eau et qui ont des hauteurs atteintes de deux à trois mètres. Il faut s'imaginer que c'est l'ensemble d'un territoire qui réagit, et pas seulement le fleuve et ses affluents." 

On vous donne des nouvelles des habitants de Pezens évacués en urgence dans l'Aude :

"Les gens dormaient" au début de la crue. Alors, la gestion de cette crise aurait-elle pu être mieux anticipée ? "On est un modèle au niveau international", tient d'abord à rappeler Emma Haziza, précisant que les cartes de vigilance météorologiques et le système Vigicrues ont été mises en place en 2001, après des inondations déjà survenues dans l'Aude. "Mais à l'heure du 2.0, il va peut-être falloir commencer à se poser des questions", estime la spécialiste, notant que le département n'a été placé en vigilance rouge qu'à six heures du matin, heure habituelle de publication de la carte de Météo France

Or, "les modèles météorologiques ont commencé à montrer des signaux d'alerte vers 3 heures du matin", explique Emma Haziza. "Les gens dormaient, ils se sont retrouvés face à des vagues de submersion qui ont traversé tous les territoires, croisées à une activité électrique extrêmement forte... On était vraiment dans une situation majeure."