Inondations dans l'Aude : à Couffoulens, la vie reprend malgré les dégâts

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
A Couffoulens, les habitants tentent de reprendre une vie normale malgré les stigmates des inondations. "La vie doit continuer", confie une habitante à Europe 1.
REPORTAGE

Se reconstruire tout en reprenant sa vie. Voilà le défi qui attend les habitants de Couffoulens, deux jours après les inondations meurtrières survenues dans l'Aude. Ils continuent de nettoyer mais doivent parallèlement retourner au travail, trouver un logement...

"La vie doit continuer." C'est le cas de Sandrine. Sa maison est encore gorgée d'eau mais elle doit déjà trouver une solution pour emmener ses enfants à l'école car son véhicule a été emporté par un torrent. "On vient de me prêter une voiture donc, déjà, j'aurai ça. Ma priorité, ce sont mes enfants. Mon mari qui est au chômage devait avoir un entretien ce vendredi à Montpellier. Il va essayer de reporter mais sinon il va y aller. Il faut qu'il y aille. La vie doit continuer", confie-t-elle au micro d'Europe 1.

Il est toutefois difficile de se projeter lorsque l'on ne sait même plus où habiter. Nathalie, elle, s'accroche à son travail de professeure au collège voisin : "Ça va me faire du bien de ne pas voir cette boue. Et puis les enfants ont besoin de nous, ils ont aussi vécu des images et de choses un peu difficiles donc on va en discuter ensemble. On a vécu un petit peu la même chose."

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Revenir vivre ici, "c'est mort, c'est fini". Christophe, lui, n'emporte avec lui qu'un simple sac de vêtements. Tout ce qu'il possédait est abandonné en vrac devant sa maison. Lui, ne reviendra plus. "Je vais être aidé par mon ami qui, gracieusement me prête une maison", explique-t-il. Mais revenir dans son logement actuel, "c'est mort, c'est fini". "Je suis en location. Je l'ai dit au propriétaire, le mois prochain je ne verse pas de loyer. Elle est inhabitable." Et selon ses dires, tous ses voisins vont faire comme lui et partir vivre ailleurs.

Europe 1
Par Matthieu Bock, édité par Grégoire Duhourcau