Heurts à Lyon et Marseille après la liesse des fans de l'Algérie

  • A
  • A
À Lyon, certains jeunes ont lancé des projectiles, des bouteilles en verre et des feux d'artifices sur les forces de l'ordre.
À Lyon, certains jeunes ont lancé des projectiles, des bouteilles en verre et des feux d'artifices sur les forces de l'ordre. © ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Partagez sur :
La victoire de l'Algérie contre le Nigéria, dimanche soir, a occasionné de nombreux heurts dans les principales villes du pays, comme Lyon et Marseille.

Les scènes de joie des supporters de l'équipe de foot d'Algérie ont fait place dimanche soir à des heurts entre jeunes et forces de l'ordre à Marseille et Lyon, où de nombreux véhicules ont été incendiés, a appris l'AFP auprès de la préfecture et des pompiers.

Longues échauffourées à Marseille

Sur le boulevard de la Canebière, à Marseille, où les fans des "Fennecs" ont suivi le match sur les téléviseurs sortis par les bars du quartier sur les trottoirs, le deuxième but algérien déclenche un vent de folie. Pétards et fumigènes sont lancés pour fêter la victoire et des milliers de personnes entament la descente vers le Vieux-Port, où le feu d'artifice du 14 juillet vient à peine de s'achever. 

Comme prévu, les forces de l'ordre leur interdisent l'accès du Vieux-Port, pendant que les touristes et les Marseillais essaient de remonter l'avenue. Des motos font pétarader leurs moteurs, des jeunes escaladent les réverbères, drapeau algérien à la main. Plusieurs personnes sont interpellées après avoir allumé des feux et jeté des projectiles. Les échauffourées se sont poursuivies aux premières heures de la journée lundi.

Des incendies de voitures à Lyon

Après minuit, à Lyon, la préfecture a fait état de "beaucoup" de jets de projectiles contre les forces de l'ordre, notamment dans le centre-ville, à Vaulx-en-Velin et Vénissieux. "Les forces de l'ordre ont répliqué systématiquement par des tirs de grenades lacrymogènes", a ajouté la préfecture. Celle-ci n'était pas immédiatement en mesure de communiquer de chiffres sur d'éventuels blessés ou interpellations, mais une source policière a indiqué que le nombre d'arrestations était relativement faible sur le département.

À Lyon, un journaliste de l'AFP a vu, parmi le millier de fans de l'Algérie rassemblés dans le quartier de la Guillotière, certains jeunes lancer projectiles, bouteilles en verre et feux d'artifices sur les forces de l'ordre qui bloquaient un des ponts menant au centre-ville. Après la dispersion de l'attroupement, les policiers déployés dans le centre ont joué au chat et à la souris jusque tard dans la nuit avec de petits groupes munis de divers projectiles, pétards et feux d'artifice.

De leur côté, les pompiers du Rhône avaient recensé peu avant 2 heures des dizaines de véhicules brûlés à Lyon-centre, ainsi que dans les villes voisines de Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Bron ou Villeurbanne. Ont également été dénombrés plus de cent feux divers (poubelles, barricades) sur la voie publique. À 2 heures, ils avaient relevé un total de 147 interventions sur le département, comme c'est souvent le cas les soirs du 14 juillet.