"Gilets jaunes" : les forces de l'ordre qui utilisent des LBD seront équipées de caméras-piétons dès samedi

, modifié à
  • A
  • A
Christophe Castaner s'exprimait mardi devant la commission des Lois.
Christophe Castaner s'exprimait mardi devant la commission des Lois. © LUCAS BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Selon Christophe Castaner, les caméras-piétons devront être "systématiquement" activées "en conditions normales" mais pas "en cas d'agression" des forces de l'ordre.

Les forces de sécurité qui utilisent des lanceurs de balles de défense (LBD), dénoncés par de nombreux "gilets jaunes", seront équipées de caméras-piétons dès samedi pour la prochaine journée d'action du mouvement, a annoncé Christophe Castaner mardi devant les députés.

"Je souhaite qu'à partir de samedi prochain, l'ensemble de nos forces de sécurité qui utilisent des LBD soient équipées de système de caméras-piétons", a déclaré le ministre de l'Intérieur auditionné par la commission des lois sur la proposition de loi anti-casseurs. Selon Christophe Castaner, les caméras-piétons devront être "systématiquement" activées "en conditions normales" mais pas "en cas d'agression" des forces de l'ordre.

Le défenseur des droits a demandé la "suspension" des LBD. Depuis plusieurs semaines, la polémique monte autour de l'utilisation par les forces de l'ordre des désormais fameux LBD. Le défenseur des droits, Jacques Toubon, a ainsi récemment redemandé leur "suspension", en raison de leur "dangerosité". La France insoumise veut elle faire interdire leur emploi. Mais le ministre de l'Intérieur s'est déclaré à plusieurs reprises opposé à une telle mesure. "Vous mettez quoi à la place dans les mains des policiers", avait-il rétorqué sur Europe 1, interrogé sur une potentielle suspension des lanceurs, se disant le même jour "sidéré" par les accusations de violences policières.

Le LBD-40, successeur du "Flash-Ball" utilisé à partir des années 90 et destiné à neutraliser sans tuer, fait débat depuis plusieurs années en France. Le patron de la police nationale, Éric Morvan, a rappelé il y a quelques jours dans une note à ses troupes que l'utilisation du LBD devait être proportionnée et que "le tireur ne doit viser exclusivement que le torse ainsi que les membres supérieurs ou inférieurs".