"Gilets jaunes" à Paris : enquête ouverte après des propos antisémites dans le métro

, modifié à
  • A
  • A
© JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Un journaliste de "20Minutes" a raconté dimanche sur Twitter la scène dont il a été témoin, samedi soir, dans le métro parisien, où il a vu trois hommes vêtus de gilets jaunes proférer des insultes antisémites. 

C'est par une série de tweets qu'un journaliste de 20Minutes a raconté la scène dont il a été témoin, samedi soir, en marge de "l'acte 6" des "gilets jaunes". Thibaud Chevillard a relaté le comportement de trois hommes portant des gilets jaunes, "un peu éméchés", sur la ligne 4 du métro, envers une dame âgée. "La situation est partie en vrille", raconte-t-il. "Ils ont commencé à faire des quenelles", le geste considéré comme antisémite et popularisé par le polémiste Dieudonné

La dame, "petite, vieille, cheveux grisonnants, le dos voûté", s'est levée pour leur demander de stopper leur geste : "Ce geste est un geste antisémite". Rire des trois hommes dont l'un lui répond que les chambres à gaz n'existaient pas, rapporte Thibaud Chevillard. Un autre l'aurait ensuite insultée et lui aurait demandé de quitter la rame du métro. "La dame est retournée s’asseoir derrière moi, en silence, alors qu’ils continuaient de hurler", poursuit le journaliste qui raconte que la dame a fini par sortir du métro, "la tête baissée". 

"Honte". À 20Minutes, la vieille dame a affirmé être "au-dessus de tout ça", prenant ces paroles pour "des propos d'ivrognes". Au quotidien, elle précise les propos qu'elle assure avoir tenu aux trois hommes : "Je suis juive, mon père a été déporté à Auschwitz où il est mort. Je vous demande d'arrêter". De son côté, Thibaud Chevillard admet voir "honte" de ce qu'il a vu et "honte de ne pas avoir réagi". 

Indignation du ministre de l'Intérieur. Largement relayés sur les réseaux sociaux, les tweets du journaliste ont fait réagir le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. "Ignoble et insoutenable", a-t-il estimé, affirmant que "tout sera mis en œuvre pour identifier ces individus". 

La police régionale des transports de la préfecture de police de Paris a annoncé dimanche s'être saisie de l'affaire. La préfecture a par ailleurs indiqué qu'une enquête a été ouverte. 

Thibaud Chevillard a été contacté par la police. Il a été convoqué pour être entendu dimanche après-midi. "Les policiers ont commencé à étudier les bandes des caméras de surveillance dans les couloirs du métro. Ils vont également exploiter les différents témoignages", a-t-il indiqué à franceinfo